Tourcoing : la caissière licenciée pour 85 centimes d'euros réintégrée

FAITS DIVERS
FAIT DIVERS - L'employée d'un supermarché Auchan City de Tourcoing (Nord) qui avait été licenciée en juillet dernier pour un préjudice, selon la CGT, de 85 centimes d'euros, a retrouvé son poste. C'est son employeur lui-même qui l'a annoncé mardi dans un communiqué après que le sujet a suscité la polémique cet été.

Pour la CGT, c'est une "victoire du monde ouvrier". La caissière d'un supermarché Auchan City de Tourcoing (Nord) qui avait été licenciée en juillet pour, selon la CGT, "un préjudice de 85 centimes d'euros", a été réintégrée, a annoncé mardi l'entreprise dans un communiqué.

Les faits qui étaient reprochés à cette employée de 41 ans préposée aux caisses-minute (où le client scanne lui-même ses achats) remontent au 9 juillet lors du passage en caisse d'une cliente. 

Selon Habib Hamdoud, délégué syndical CGT à Auchan City, cette cliente aurait "volé" une boîte de sauce tomate, d'une valeur de 85 centimes d'euros, avant d'être interpellée par le personnel de sécurité à la sortie de ce magasin de centre-ville. "Cette cliente a tout mis sur le dos" de l'employée, qui a été mise à pied à titre conservatoire pour faute grave, selon ce responsable syndical, puis licenciée.

EN SAVOIR + >>  Une caissière renvoyée après une "fraude" de 85 centimes

"L'éclairage" de la cliente

Selon la direction, ce n'était pas une éventuelle erreur de caisse - "il y en a tous les jours" - qui avait justifié ce licenciement, mais bien le fait qu'elle ait "intentionnellement fraudé", et "qu'elle ne se soit pas rendue à l'entretien qui lui était fixé pour s'expliquer".

Toutefois, "après de nombreuses tentatives de prise de contact de l'entreprise, l'hôtesse s'est manifestée auprès de la direction" et "la cliente concernée a également pris contact avec l'entreprise pour apporter son éclairage", a affirmé la direction dans un communiqué.

Ainsi, "au terme de ces échanges" qui ont "apporté des éléments nouveaux sur le contexte et les circonstances de faits", l’entreprise a décidé de "proposer à la collaboratrice une réintégration dans l'un de ses établissements".

A LIRE
>> 
Licenciée pour 59,40 euros, la caissière est "effondrée" >>  Yvelines : la caissière de Carrefour virée pour 5,32 euros va être réintégrée

Lire et commenter