Tourcoing : une caissière d'Auchan fait une fausse couche sur son lieu de travail et accuse son employeur

Tourcoing : une caissière d'Auchan fait une fausse couche sur son lieu de travail et accuse son employeur

FAIT DIVERS - Une caissière d'un supermarché Auchan à Tourcoing (Nord) a saisi le Comité d'hygiène et de sécurité de l'entreprise (CHSCT) afin de dénoncer le comportement de sa hiérarchie après sa fausse couche, survenue sur son lieu de travail.

Elle évoque son pantalon "ensanglanté" et le manque de considération de ses supérieurs hiérarchique. Une caissière d'un supermarché Auchan City à Tourcoing (Nord) a demandé au Comité d'hygiène et de sécurité de l'entreprise (CHSCT) de diligenter une enquête après sa fausse couche survenue sur son lieu de travail le 22 novembre 2016. Une demande soutenue par l'union locale de la CGT.

La mésaventure de la jeune femme débute fin novembre, peu après le début de son contrat de professionnalisation, lorsqu'elle souffre de malaises fréquents qui l'obligent à solliciter des arrêts de travail.  Après examens, il s'avère qu'elle est enceinte. La jeune femme reprend le travail, son état de santé ne s'améliore pas. Elle se plaint alors auprès de sa hiérarchie de son planning de travail trop chargé, en vain. 

"Quand la caissière a annoncé à sa chef qu'elle était enceinte, il n'y a eu aucune prise en considération de ce changement. A plusieurs reprises, elle s'était manifestée auprès de ses responsables sur des douleurs, mais il n'y a personne qui a réagi", a regretté, ce dimanche 26 décembre, Habib Hamdoud, délégué syndical CGT à Auchan City, lors d'une conférence de presse à l'Union locale de Tourcoing. 

Le 22 novembre, la jeune femme fait une fausse couche sur le siège de sa caisse. "Vers 15 heures j’ai ressenti d’intenses douleurs. J’ai fait appel pour en prévenir ma responsable qui m’a répondu qu’elle était occupée. J’ai tenu jusque 16h35, heure de ma pause. Je me suis rendue aux toilettes. À l’issue de cette pause, j’ai repris place à mon poste. Je ressentais de très fortes douleurs. Il n’y avait personne à l’accueil à ce moment-là", explique la jeune femme dans un courrier adressé à sa direction, au CHSCT d'Auchan City Tourcoing et à l'inspection du travail, daté du 20 décembre. 

"Absence d'empathie et de compassion"

"(...) En effet, en me levant de mon siège, je me suis aperçue qu’il était ensanglanté, ainsi que mon pantalon. J’ai immédiatement demandé aux clients de se diriger vers d’autres caisses", raconte la jeune femme. Son responsable lui dit alors que ce n'est pas l'heure de fermer la caisse. "Je lui ai fait part de mon malaise. Il me demanda de rester assise. J’étais en pleurs, et complètement désespérée", poursuit-elle. Ce sont les pompiers, venus la prendre en charge, qui lui disent de se rendre aux toilettes et et lui annoncent qu'elle vient de perdre son bébé : "un pompier alla chercher le fœtus dans la cuvette et m’annonça la perte de mon bébé", décrit la caissière.

Selon la CGT, après une nuit à l'hôpital, la jeune femme a dû fournir un justificatif pour expliquer les raisons de son départ avant l’heure de fin de sa vacation. Sa supérieure lui aurait demandé si elle pouvait revenir travailler le lendemain. Choquant pour la jeune femme, qui aurait reçu un avertissement pour absence injustifiée. "On m’a fait remarquer que j’étais partie avant l’heure et on m’a demandé si j’allais venir le lendemain : j’ai été meurtrie par cette absence manifeste d’empathie et de compassion", raconte-t-elle. D'après Me Ioannis Kappopoulos, l'avocat de la CGT, "une plainte devrait être déposée dans les jours à venir" par la caissière.

Lire aussi

La direction d'Auchan City a réagi sur Twitter et dans un communiqué dans lequelle elle a exprimé "sa tristesse et regrette l'enchaînement malencontreux des faits". 

Toutefois, Auchan City parle d''allégations totalement infondées" lorque la caissière affirme que la direction a tardé à lui fournir une attestation d’accident du travail, l'obligeant ainsi à prendre en charge ses frais d’hospitalisation. "L'ensemble des sommes dues ont été versées" et Auchan n'"a reçu l'avis d'arrêt maladie et l'avis d'accident de travail que tardivement. Dès que nous les avons reçus, nous avons traité le sujet", a répondu la direction. 

Ce n'est pas la première fois ce supermarché fait l'actualité : au mois de juillet, une caissière y avait été licenciée pour, selon la CGT, "un préjudice de 85 centimes d'euros", puis finalement réintégrée

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.