#TousGendarmes : les hommages se multiplient pour saluer l'héroïsme d'Arnaud Beltrame

CONDOLEANCES - Quelques heures après l'annonce de la mort du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, décédé ce samedi matin des suites de ses blessures, après s’être substitué à une otage vendredi dans l’attaque terroriste du Super U de Trèbes (Aude), une vague d'hommages a envahi la Toile sous le hashtag #TousGendarmes.

"Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame nous a quittés. Mort pour la patrie". C'est par ces quelques mots que Gérard Collomb annonçait ce samedi matin sur Twitter la mort de ce gendarme de 45 ans, tué en héros, alors qu'il s'était proposé comme otage vendredi lors de l'attaque terroriste du Super U de Trèbes (Aude). 

Quelques minutes plus tard, l'Elysée réagissait dans un communiqué : "le président de la République a appris avec une vive

émotion le décès du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame cette nuit des suites des blessures reçues dans l'exercice de sa

mission. En s'offrant comme otage au terroriste retranché dans le supermarché de Trèbes, le lieutenant-colonel Beltrame a sauvé la vie d'une otage civile, faisant preuve d'un courage et d'une abnégation exceptionnels", poursuivait la présidence française. 


 "Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort au service de la nation, à laquelle il avait déjà tant apporté. En donnant sa vie pour mettre un terme à l'équipée meurtrière d'un terroriste djihadiste, il est tombé en héros", a poursuivi un peu plus tard Emmanuel Macron sur son compte Twitter.

Depuis, la Toile a été envahie d'innombrables messages, venant de France comme de l'étranger, vantant la bravoure de cet officier. Regroupés sous le hashtag #TousGendarmes, politiques, religieux, policiers, tous ont rendu un hommage unanime à ce lieutenant-colonel qui s’est sacrifié. 


A commencer par ses collègues de la gendarmerie nationale qui ont tweeté : "C’est avec une très vive émotion que nous souhaitons rendre solennellement hommage à l’héroïsme de notre camarade. L’ensemble des drapeaux et étendards de la gendarmerie sera d'ailleurs mis en berne lors de cette journée de samedi.

Hommes politiques, religieux, intellectuels...

Du côté des politiques, ils ont également été nombreux à manifester leur émotion. 

Dans le monde musulman, le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, a condamné cet assassinat "odieux et lâche". Un acte qui, selon lui, "vient une fois de plus jeter l'opprobre sur toute une communauté qui se bat chaque jour pour se prémunir contre les propagateurs de la haine", a-t-il écrit dans un communiqué.  Quant au recteur de la grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, il a estimé que le courage de l'officier et la valeur de son engagement "touchent l’ensemble de la Nation et émeuvent tous ceux qui, victimes ou adversaires du terrorisme international, refusent avec force cette calamité fanatique et criminelle qui frappe notre pays." Il a ajouté que la grande mosquée de Paris observerait une minute de silence à sa mémoire lors des cérémonies de commémoration du 8 mai 1945.


Certains intellectuels se sont également exprimés, à l'image de Raphaël Enthoven : 

Il n'a pas hésité une secondeCédric Beltrame, son frère

"Il est parti en héros et c'est la réalité aujourd'hui", "ce qu'il a fait ça va au-delà de l'engagement de son métier", a déclaré de son côté son frère Cédric Beltrame sur RTL. "Mon frère savait certainement qu'il n'avait pratiquement aucune chance", "il a été très conscient de ce qu'il a fait", "il n'a pas hésité une seconde", a-t-il poursuivi, jugeant le terme de "héros" "parfaitement approprié".  "Il a donné sa vie pour quelqu'un d'autre, pour un inconnu, même pas pour quelqu'un de sa famille", a-t-il encore souligné. Quant à la mère de l'officier, elle a juste confié : "Il me dirait, je fais mon travail maman, c'est tout".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats dans l'Aude : quatre morts

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter