Troyes : des comédiens répétant une pièce sur le djihad... interpellés par la police

Troyes : des comédiens répétant une pièce sur le djihad... interpellés par la police

DirectLCI
UNE HISTOIRE BELGE - Ils discutaient de djihad, de Belgique, et d'attentats. Pris de panique un voyageur a contacté la police qui les attendait à la descente du train.

Sur une scène aux décors épurés, quatre acteurs belges jouent leur départ en Syrie. Ils veulent devenir djihadistes. Mais voilà, en chemin, tout ne se passe pas comme prévu. Pendant cette épopée, ils en viennent à s'interroger sur le sens même du djihad. L'histoire est actuelle. Peut-être un peu trop. 


Dans le train Paris-Troyes, ce jeudi, les acteurs décident de répéter leur texte, avant leur représentation à la Chapelle Saint-Luc. Là, un voisin de siège commence à paniquer quand il entend les mots terrorisme et Syrie. "Ils discutaient manifestement de djihad, de Belgique, d'attentats. Ils ne semblaient pas parler d'événements déjà passés", racontera un peu plus tard le commissaire Daubigny à France 3. 

"J’ai eu peur quand j’ai vu des Robocops débarquer"

Inquiet, l'homme alerte les forces de l'ordre. Et à leur descente du train, pas moins de trente policiers sont présents. Equipés de gilets pare-balles, de boucliers et d'armes, ils accueillent les acteurs qui ne comprennent pas vraiment. "J’ai eu peur quand j’ai vu des Robocops débarquer sur le quai, j’ai cru qu’il y avait des terroristes dans le train ! Mais c’est nous qu’ils ont arrêtés", raconte Shark Carrera à l'Est républicain.


Appelé au secours par les comédiens, le producteur de la pièce, Hicham Fassi-Fihri, prend alors le rôle de médiateur entre les acteurs, les organisateurs du spectacle et la préfecture de police, raconte-t-il à L'Express. 

Au final, leurs identités ont pu être vérifiées et les acteurs ont retrouvé la scène avec plus de trente minutes de retard. "Djihad", une pièce écrite par Ismaël Saidi, sera jouée vendredi à Reims pour la préfecture de police. 

Plus d'articles

Sur le même sujet