Tuerie de Chevaline : comprendre l'affaire en dix dates

Tuerie de Chevaline : comprendre l'affaire en dix dates

DirectLCI
POLICE – De l'interpellation du frère du père de famille tué à la piste d'un tueur isolé : en un an et demi, les enquêteurs ont exploré toutes les pistes. Dernier rebondissement en date : l'interpellation mardi d'un marginal de 48 ans résidant dans la région.

>> 2012 :

5 septembre : En milieu d 'après-midi, sur un parking isolé près de Chevaline, un cycliste amateur, ancien de la Royal Air Force, découvre trois personnes tuées par balles dans une BMW immatriculée en Grande-Bretagne. Un cycliste, Sylvain Mollier, est également trouvé mort à proximité. Une fillette gravement blessée à la tête gît près de la voiture. Vers minuit, une enfant de 4 ans est découverte cachée sous les jupes de sa mère qui est morte, à l'arrière de la voiture, prostrée mais indemne.

Les victimes sont rapidement identifiées : il s'agit d'une famille britannique en vacances dans un camping de la région. Le père, Saad al-Hilli, 50 ans, né à Bagdad et domicilié près de Londres, son épouse de 47 ans et la mère de cette dernière, 74 ans. Tous trois ont reçu une balle dans la tête d'un seul et même pistolet automatique, un 7,65 mm. Les deux fillettes du couple, Zeena et Zainab, ont 4 et 7 ans.

7 septembre : Les enquêteurs évoquent un litige concernant l'héritage de leur père entre Saad al-Hilli et son frère Zaid, qui se présente à la police britannique pour se disculper.

En parallèle, un témoin dit avoir croisé une voiture blanche "un peu folle" non loin du lieu du crime. D'autres parlent d'un 4X4 de couleur sombre, ou d'une moto.

9 septembre : Zainab, la plus grande des deux filles, sort du coma.

Moins d'un mois après les faits, trois pistes sont privilégiées : un crime lié aux activités du père, la piste familiale et celle de l'Irak, pays d'origine de la famille.

14 septembre : Zainab dit n'avoir vu qu'un "méchant". Elle rejoint sa petite soeur en Grande-Bretagne. Les deux fillettes sont placées dans une maison dont l'adresse est tenue secrète, pour préserver leur tranquillité. Moins d'un mois plus tard, un appel à témoins est lancé par la gendarmerie.

>> 2013 :

29 avril : Les gendarmes lancent un appel à toute personne qui "aurait pu entrer en contact avec un ou plusieurs individus ayant circulé" dans un 4X4 gris vu à proximité du lieu du crime. Une trentaine de personnes se manifestent.

24 juin : Zaid al-Hilli, frère de Saad, est placé en garde à vue en Grande-Bretagne, puis libéré le lendemain sous contrôle judiciaire.

6 septembre : Le parquet évoque la piste de "l'espionnage industriel et du transfert de technologies" car Saad al-Hilli travaillait pour une société de satellites civils.

4 novembre : Un portrait-robot du motard - portant un bouc et un casque - aperçu sur les lieux, est diffusé.

>> 2014 :

5 janvier : Zaïd al-Hilli obtient la levée de son contrôle judiciaire .

18 février: Un homme de 48 ans, vivant en Haute-Savoie et décrit comme un marginal, est interpellé et placé en garde à vue suite à la diffusion du portrait-robot du motard.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter