Un collègue policier raconte l'attaque à Viry-Châtillon

VIRY-CHÂTILLON - Damien était en service lorsque ses collègues se sont violemment fait agressés samedi. Malgré les appréhensions, il reste déterminé à continuer à faire son travail.

Dans ce quartier de la Grande-Borne à Viry-Châtillon, "quasiment toutes les interventions finissent avec un rassemblement de jeunes, des jets de projectiles, des insultes, parfois des cocktails molotov, ou encore des coups de feu." Le constat est sans appel pour Damien. Ce gardien de la paix dans l'Essonne travaillait samedi 8 octobre, lorsque un groupe d'individus s'en est pris à ses collègues.


"L’ensemble des riverains les ont aidés et se sont portés volontaires pour les mettre à couvert, les protéger", raconte-t-il, alors qu'il était en patrouille au moment des faits. "Ça a pris en tout 4-5 minutes à peine pour que les renforts soient sur place et que les collègues soient pris en charge".

Lire aussi

Une certaine appréhensionDamien, gardien de la paix dans l'Essonne

En évoquant les deux policiers hospitalisés, il parle d'eux comme des personnes gentilles, "tout le temps présentes au travail et avec leur collègues."


Quelques jours avant de retourner sur le terrain, Damien reconnaît malgré tout avoir "une certaine appréhension". "On intervient dans un un endroit où forcément on va être pris à partie", poursuit-il. Ce qui ne remet absolument pas en cause son engagement chez les forces de l'ordre. "On est fiers d’être policiers, on porte un uniforme. On représente l’Etat,  la République, une institution, et des valeurs. On continuera d’être là", assure-t-il.

VIDÉO - Viry-Châtillon : à cause de cette caméra, l'attaque a eu lieu, grâce à elle l'enquête avance

En vidéo

JT 20H. Viry-Châtillon : à cause de cette caméra, l'attaque a eu lieu, grâce à elle l'enquête avance

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Policiers brûlés à Viry-Châtillon

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter