Un dispositif ressemblant à une ceinture d'explosifs découvert à Montrouge

Un dispositif ressemblant à une ceinture d'explosifs découvert à Montrouge

DirectLCI
ENQUÊTE - Une ceinture ayant un dispositif similaire à celui utilisé par les kamikazes de Paris et Saint-Denis a été découvert dans une poubelle de Montrouge (Hauts-de-Seine), lundi après-midi. Elle pourrait avoir été celle portée par Salah Abdeslam, qui avait été localisé dans ce secteur précis.

C'est une découverte saisissante qu'ont faite les éboueurs de Montrouge lundi. Un objet ressemblant à une ceinture d'explosifs a retrouvé dans cette commune des Hauts-de-Seine située au sud de Paris. La découverte a été faite rue Chopin, sur un "tas d'encombrants", selon nos informations. Le périmètre de sécurité mis en place en fin d'après-midi, tandis que la police judiciaire et les agents de la police technique et scientifique étaient sur place, a été levé en début de soirée.

Selon BFMTV, le dispositif retrouvé contiendrait des écrous et du TATP, composantes similaires à celles qui constituaient les ceintures d'explosifs utilisées lors des attentats du 13 novembre. Selon une source policière, l'engin découvert n'était toutefois pas muni de système de mise à feu. 

EN SAVOIR + >> Après la découverte de la ceinture d'explosifs, l'inquiétude croît dans l'école juive de Montrouge

Le portable de Salah Abdeslam a borné à Montrouge

C'est précisément dans cette zone de Chatillon-Montrouge que le téléphone de Salah Abdeslam avait "borné" au soir des attentats, après un premier signal émis dans le 18e arrondissement de Paris. A ce stade, les enquêteurs envisageaient que Salah Abdeslam se soit trouvé vendredi soir au volant de la Clio noire arrivée depuis la porte de Clignancourt et garée à 21h59 place Albert-Khan, dans le 18e arrondissement de Paris. Le véhicule, loué par le terroriste présumé en Belgique, a été retrouvé à cet endroit mardi dernier.

La thèse de la marche arrière renforcée

Une des thèses sur le rôle du terroriste présumé serait que ce dernier a finalement fait machine arrière au moment de frapper. Le 18e arrondissement était en effet présenté comme une cible dans le communiqué de revendication des attentats du 13 novembre publié au nom du groupe Etat islamique. Cette zone du nord de Paris a finalement été épargnée.

La découverte d'une ceinture d'explosifs abandonnée viendrait donc accréditer cette thèse. Mais des questions restent en suspens. Quelle est la raison de ce revirement ? Défaillance technique ou recul de Salah Abdelslam au moment de frapper ? Pourquoi et comment l'homme, exfiltré vers la Belgique par deux complices depuis le nord de la capitale au petit matin, a-t-il pu traverser Paris pour se séparer de l'objet à Montrouge ? L'enquête devra le déterminer.

EN SAVOIR + 
>> Suivez avec nous les événements en direct
>> Attentats de Paris : l'identité des terroristes présumés >> Comment Jawad, le logeur des terroristes, faisait régner la terreur dans son quartier >> Le désarroi de l'ex-entraîneur de boxe d'Ahmed Dahmani, ce Belge soupçonné d'avoir "repéré" les lieux des attentats"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter