Un double meurtre en Bretagne pourrait relancer l'enquête sur la tuerie de Chevaline

Un double meurtre en Bretagne pourrait relancer l'enquête sur la tuerie de Chevaline

AFFAIRES NON CLASSÉES - Le mystère de la tuerie de Chevaline reste entier trois ans après les faits. Un appel d'un policier à la retraite aux enquêteurs pourrait peut-être faire rebondir l'affaire.

Les deux affaires sont au point mort. D'un côte, la tuerie dite "de Chevaline", survenue en 2012 dans la région d'Annecy et au cours de laquelle quatre personnes sont abattues de sang froid en pleine forêt, toutes tuées de deux balles dans la tête. De l'autre, le double meurtre de Lanvallay (Côtes d'Armor) : en 1986, les corps de Paul Beillon et Lorraine Glasby sont retrouvés dans un champ. Le couple d'enseignants anglais a été abattu au fusil de chasse après avoir été battu et traîné en laisse.

Des similitudes relevées par un policier à la retraite

Les deux affaires sont-elles liées ? Rien ne l'indique, mais pour Pascal Huche, policier à la retraite qui a passé des années à tenter de résoudre l'énigme du double meurtre de Lanvallay, des similitudes relevées dans les deux dossiers méritaient d'être portées la connaissance des enquêteurs. "Il y a une unité de temps avec des meurtres qui se produisent pendant la période estivale, dans une zone rurale, avec des armes, sur des touristes étrangers. Et le mobile n'est pas clairement éclairci", explique-t-il à metronews. Il y a un an, l'ancien flic avait contacté la gendarmerie en charge de l'enquête. Avant de relancer, ces dernières semaines, le procureur d'Annecy Eric Maillaud, comme le révélait dimanche le quotidien britannique Telegraph.

En 2013, Libération avait dressé son portrait . L'affaire de Chevaline faisait déjà écho à cette affaire survenue trente ans plus tôt. Problème : le dossier de Lanvallay a été classée en 2006. Mais de ces 20 années d'enquête, Pascal Huche a tout conservé, surtout la conviction qu'à l'époque, il tenait le coupable. En 2001, il tient un nom, Michel H. Incarcéré en Belgique, l'homme s'est vanté en cellule d'avoir tué un couple en Bretagne, 20 ans plus tôt. En Belgique, Michel H. purge une peine de prison pour de multiples cambriolages. Détail déroutant : le nom de Michel H. apparaît dans les fichiers de la police pour des pillages d'églises dans la région de... Lanvallay.

Un troisième double meurtre

En fouillant le passé, Pascal Huche exhume une troisième affaire, celle du double meurtre d'un couple de touristes belges en 1979. Comme le couple Beillon-Glasby, ils ont été battus, traînés par une laisse et tués au fusil de chasse à seulement 15km de Lanvallay. Dans cette affaire, le principal suspect, blanchi depuis, s'appelait Roger H. Qui n'est autre que le père de Michel H. Tous deux nient en bloc une quelconque implication dans ces meurtres.

En 2006, un non-lieu est prononcé, mais Pascal Huche n'en démord pas. Pour rouvrir officiellement l'enquête, il faut désormais un élément nouveau. Et si cet élément se trouvait dans le dossier sur de la tuerie de Chevaline, survenue en 2013 ? L'ADN retrouvé sur les lieux du quadruple meurtre n'a jamais été identifié. S'il correspondait à d'anciens prélèvements effectués à Lanvallay, les deux affaires seraient alors relancées.

EN SAVOIR +
>> Tuerie de Chevaline : enquête sur un "crime parfait"
>> Chevaline: un ancien légionnaire entendu par la police se suicide

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 1000 roquettes lancées de la bande de Gaza depuis lundi soir

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

Double meurtre dans les Cévennes : la traque pour retrouver le suspect continue

"On veut lui faire porter le chapeau", confie la sœur du tueur présumé d'Eric Masson

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.