Un homme tué par des frelons asiatiques

Un homme tué par des frelons asiatiques

FAITS DIVERS
DirectLCI
BRETAGNE - Un homme de 60 ans habitant dans le Finistère est mort fin juillet peu après avoir été piqué à deux reprises par des frelons asiatiques. Il avait des antécédents cardiaques.

Grand prédateur des abeilles, il est un fléau pour les apiculteurs. Mais le frelon asiatique est aussi un danger pour l’homme. Un homme de 60 ans vivant à Sainte-Sève, dans le Nord-Finistère, est mort des suites de deux piqûres de cet insecte, rapporte Ouest France ce mardi.

Les faits remontent au 22 juillet dernier. L’homme se serait approché d’un nid de frelons asiatiques, qui s’étaient logés dans un nichoir pour mésanges installé dans son jardin. Il aurait tapoté la paroi de l’abri. C’est alors que les insectes, vraisemblablement énervés par son geste, l’auraient attaqué et piqué à deux reprises au front, ainsi qu'entre l’épaule et le cou. Le sexagénaire, qui avait des antécédents cardiaques selon le journal, fait alors un arrêt cardiaque. Conduit immédiatement à l’hôpital, il finit par succomber aux complications liées aux piqûres.

Prédateur

Le frelon asiatique n’en est pas à sa première victime en France. Depuis 2009, quatre autres personnes, dont trois qui avaient des antécédents allergiques, sont mortes des suites de ses piqûres, rappelle Ouest France, citant une étude scientifique réalisée à Marseille.

Observé pour la première fois en 2004 dans le Lot-et-Garonne, le "Vespa velutina nigrithorax", originaire de la région de Shanghaï (Chine), a colonisé depuis plus de 70% du territoire national. Ce prédateur, qui attaque tous les autres insectes, les ruches, mais aussi l'homme, est "capable de construire son nid n'importe où, dans des cavités souterraines, des buissons, au sommet d'arbres de plus de 30 m de haut", explique à l’AFP Eric Darrouzet, enseignant-chercheur à l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI) de l'Université de Tours, qui coordonne depuis 2011 des projets de recherche sur le frelon asiatique. "On ne sait pas encore repérer les nids et les détruire", indique-t-il encore, ce qui explique en partie sa croissance exponentielle.

À LIRE AUSSI >> Un agriculteur meurt après avoir percuté un nid de frelons asiatiques
 

Sur le même sujet

Lire et commenter