Aisne : un incendie volontaire ravage une salle de prière musulmane à Chateau-Thierry

Aisne : un incendie volontaire ravage une salle de prière musulmane à Chateau-Thierry

ISLAMOPHOBIE - Une salle de prière musulmane a été la cible dans la nuit de vendredi à samedi d'un incendie d'origine criminelle. Aucune menace, ni revendication n'a été émise selon le procureur.

Dans la nuit de vendredi à samedi, un incendie a ravagé une salle de prière de la commune rurale de Château-Thierry, dans le sud de l'Aisne, comme l'indique à l'AFP une source policière. Au total, il y a eu "cinq départs de feu" dans ce lieu "peu sécurisé" a expliqué à France 3 Picardie, Baptiste Bladier, le procureur général du parquet de Soissons. Ce dernier assure que l'origine est volontaire.

Comme le raconte Younes Mellas, le secrétaire de l'association culturelle des marocains qui gère ce lieu de culte, les auteurs ont "utilisé des livres du Coran disposés au centre de la pièce et de l'eau de javel". Selon lui, ce sont des "incendiaires amateurs", " qui ne semblaient pas bien préparés".  Une enquête a été ouverte au commissariat de Château-Thierry sous la direction du parquet de Soissons pour retrouver les coupables et comprendre les raisons de cet acte. Mais le procureur a indiqué à la chaîne locale qu'il n'y avait pas eu de "menaces, ni de revendications". 

Des caméras de surveillance bientôt installées

Selon le maire de la ville, Jacques Krabal, le climat serait pourtant "apaisé" entre les communautés de la ville. "Il n'y a pas de tension qui peut expliquer ce geste, on ne pouvait l'anticiper", assure-t-il. Selon lui, "c'est jamais arrivé" dans sa commune. "C'est l'obscurantisme qui reprend le dessus sur le vivre ensemble". Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a condamné dimanche par communiqué "ces actes intolérables et criminels": "La dégradation d'une salle de prière n'offense pas seulement nos concitoyens de confession musulmane, elle porte atteinte au pacte républicain et au vivre-ensemble auxquels nous sommes attachés", a-t-il dénoncé.

Younes Mellas avait d'ailleurs demandé à la municipalité qu'un dispositif de sécurité soit installé les jours de prière où entre 100 et 200 fidèles peuvent être présents. Il devrait finalement avoir gain de cause puisque des caméras de surveillance devraient être installées prochainement. Et en attendant que la salle soit remise en état, une autre pourrait être mise à leur disposition.

Lire aussi

En vidéo

Contre l'islamophobie, un musulman se bande les yeux et offre des câlins gratuits

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'épidémie devrait redémarrer "cet automne", prévient Arnaud Fontanet

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

VIDÉO - "Bien sûr que j'ai peur" : au cœur de La Palma, sous la menace de coulées de lave destructrices

Aux États-Unis, le Covid a fait plus de morts que la grippe espagnole... et en France ?

EN DIRECT - Crise des sous-marins : le Danemark défend Biden face aux critiques européennes

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.