Un kamikaze du Bataclan se serait exercé au tir dans une association proche de la police

Un kamikaze du Bataclan se serait exercé au tir dans une association proche de la police

DirectLCI
ENQUETE - Samy Amimour, l'un des terroristes du Bataclan, se serait exercé au maniement des armes en 2012 au sein de l'ANTP, l'Association nationale de tir de la police.

Samy Amimour, l'un des trois kamikazes du Bataclan, s'est exercé en 2012 au maniement des armes au sein de l'Association nationale de tir de la police (ANTP). C'est l'information édifiante qui ressortirait de l'enquête judiciaire menée en 2012 et révélée par iTélé . Cette année-là, le jeune homme de 28 ans avait cherché à partir faire le djihad au Yémen ou au Pakistan. Il avait acheté, avec deux amis de Drancy, des tenues de randonnée et de survie, participé à une collecte pour des combattants moudjahidines, et s'était ainsi entraîné au tir sportif. Une enquête judiciaire avait alors été ouverte.

Stand de tir de la Chapelle

Selon la chaîne, c'est en avril 2012 que Samy Amimour, ancien chauffeur de bus à la RATP, aurait fait un premier stage organisé par l'association tir-initiation.com. Un stage de deux heures qui lui aurait permis de "manipuler un 9 mm, un 38 spécial et un 22 long rifle" mais surtout, d'être parrainé pour adhérer à l'ANTP. Seules conditions requises pour finaliser son intégration à l'association : le versement de 260 euros, un certificat médical pour aptitudes psychologiques et un extrait de casier judiciaire vierge. Samy Amimour et ses deux amis de Drancy, également adhérents, ne sont alors pas encore connus des services de justice. Ce n'est qu'à partir d'octobre 2012 que le futur terroriste sera mis en examen pour un projet de départ avorté vers le Yémen. Il violera son contrôle judiciaire à l'automne 2013 et un mandat d'arrêt international sera alors délivré.

Auparavant, Samy Amimour et ses deux amis auraient donc pratiqué le tir sportif au stand de la Chapelle. Le futur kamikaze du Bataclan se serait même rasé la barbe pour ne pas éveiller les soupçons de l'association, qui compte parmi ses adhérents des policiers retraités et en activité. Créée par d'anciens membres des forces de l'ordre, cette association n'est toutefois financée ni par la préfecture ni par le ministère de l'Intérieur.

EN SAVOIR + >> Notre dossier complet consacré aux attentats de Paris

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter