Une actrice sauvée au Puy-du-Fou ? "Elle n'était pas en train de se noyer", répond Nicolas de Villiers

FAITS DIVERS

POLEMIQUE - L'un des sauveteurs de la comédienne qui est tombée à l'eau, jeudi soir, en plein spectacle au Puy du Fou, affirme que sans leur intervention, la jeune femme serait morte. Contacté par Metronews, le président du parc vendéen maintient sa version.

27 ans après sa création par Philippe de Villers, le Puy du Fou peut se targuer d'être devenu le deuxième parc de loisirs le plus visité de France, avec près de 2.054.000 visiteurs en 2015. Mais jeudi 21 juillet au soir, le show a failli mal tourner.

En pleine interprétation du son et lumière nocturne des Orgues de Feu, une danseuse en costume a chuté dans l'étang du Grand parc, qui peut atteindre une profondeur de 2,70 mètres. Trois spectateurs se sont aussitôt jetés à l'eau pour lui porter secours. Un geste salué par Nicolas de Villiers, le président du Puy-du-Fou, même si, laissait-il entendre dans les colonnes de Ouest France , la "muse" ne risquait absolument rien.

"Elle ne respirait plus", assure l'un de ses sauveteurs

"Les actrices qui assument ce rôle-là sont préparées à cette situation, même si cela arrive très rarement. Non seulement, elle pouvait sortir seule, mais elle était spécialement équipée pour flotter", assurait-il au quotidien régional dimanche, évoquant un simple "incident".

Mais ce lundi, cette version semble contredite par celle de l'un des trois sauveteurs, Pierre-Alexandre Terrier. Cet encadrant de plongée sous-marine et de plongée en apnée à Strasbourg, "formé à reconnaître les situations de danger en milieu aquatique" est formel. "Cette actrice était intégralement immergée, flottant entre deux eaux, et inanimée. Elle ne respirait plus", raconte-t-il à Ouest France ce lundi.

"Il y a bien eu un danger de mort par noyade"

"Quelques secondes d’immersion supplémentaires et il y aurait eu une noyade", explique ce Strasbourgeois de 38 ans. Avec le deuxième spectateur qui a plongé à quelques secondes d'intervalles, il émerge les "voies respiratoires de la comédienne, qui a alors repris connaissance", poursuit-il. "Je peux certifier qu’il y a bien eu un danger réel de mort par noyade". Et de conclure, cinglant : "Nicolas de Villiers et son parc ont été chanceux" ce soir-là.

"Certains sont prêts à raconter n'importe quoi pour passer dans le journal", s'agace Nicolas de Villiers, contacté par metronews. "Ce spectateur a fait de l'apnée, à titre de loisirs, et il s'est visiblement ensuite transformé en professeur de plongée", ironise-t-il. Contacté par metronews, le club de plongée Apnee 67 a pourtant confirmé le statut d'encadrant du sauveteur d'un soir.

"Elle n'a pas eu la tête sous l'eau plus d'une seconde"

Nicolas de Villiers persiste et signe : l'actrice "n'était pas en train de se noyer". Tout juste admet-il : "Elle n'a pas eu la tête sous l'eau plus d'une seconde... En tout cas, elle n'a pas bu la tasse, c'est ça qui compte." 

Pour lui, impossible de croire que sans intervention, elle aurait pu se noyer, à quelques secondes près. "Si cela avait été le cas, nous l'aurions fait hospitaliser. Elle n'a d'ailleurs pas souhaité voir un médecin. Elle a juste un peu paniqué", relativise-t-il, tout en reconnaissant que "les secours étaient en chemin lorsque les visiteurs ont sauté".

Contacté par metronews,  Pierre-Alexandre Terrier n'a pas souhaité répondre à nos questions. 

Lire et commenter