Une artiste arrêtée après s’être exhibée nue dans le sanctuaire de Lourdes

Une artiste arrêtée après s’être exhibée nue dans le sanctuaire de Lourdes

DirectLCI
FAIT DIVERS – La performeuse Déborah de Robertis a été interpellée samedi dans le sanctuaire de Lourdes après s'être dénudée devant les pèlerins. Elle sera jugée pour exhibition sexuelle en mai 2019.

Apparition dans la grotte de Lourdes samedi devant des pèlerins. Deborah de Robertis, artiste franco-luxembourgeoise, s’est exhibée nue au milieu du sanctuaire sous la statue de l’Immaculée Conception. L’artiste de 34 ans s’était placée devant les cierges, entièrement nue, les mains jointes, la tête couverte d’un voile bleu, comme une réplique à la Vierge Marie au-dessus d’elle. Une performance rapidement interrompue par les forces de l’ordre. 


"Les policiers ont été appelés par des personnes sur place, ils l'ont interpellée et placée quelques heures en garde à vue", a indiqué à l'AFP le procureur de Tarbes, Pierre Aurignac, précisant que la jeune femme avait expliqué la portée artistique de son geste. Elle sera jugée au mois de mai 2019 pour exhibition sexuelle.

Le Sanctuaire porte plainte

Sur les réseaux sociaux, la jeune femme a commenté sa performance avec ses mots : ""L'Origine de la vie" Magnifique le ventre qui t'a porté. Magnifique le sexe qui t'a enfanté. Magnifique le sein qui t'a allaité. d'après l'Evangile selon st. Luc XI,27 ;Deborah De Robertis". La vidéo de la scène qu’elle a postée en lien a depuis été retirée par la chaîne YouTube. 


Le Sanctuaire de Lourdes a de son côté réagi dans un communiqué de presse en "condamnant cet acte d'exhibitionniste qui a choqué les fidèles présents". "Nous déplorons un tel mépris de la conscience religieuse et de la liberté de culte. Nous exprimons tous nos regrets aux pèlerins présents, et en particulier aux familles accompagnant des enfants. Nous demandons le respect du caractère sacré de nos lieux de culte conformément au principe de la liberté religieuse", écrit le Sanctuaire qui a porté plainte.

Performeuse en série

Deborah de Robertis n'en est pas à son coup d'essai artistique. Elle est déjà connue de la justice pour des performances similaires. Elle avait ainsi été jugée en octobre pour exhibition sexuelle après s'être mise nue au musée du Louvre près de la Joconde. Le tribunal correctionnel de Paris l’avait relaxée retenant les arguments de la défense, qui affirmait qu'elle accomplissait un "acte militant et artistique" et que l'on n'y retrouvait "pas d'élément intentionnel" de commettre une exhibition sexuelle. Cette performance consistait à "interroger la place des femmes dans l'histoire de l'art", avait expliqué l’artiste. Elle avait néanmoins été condamnée à 35 heures de travail d’intérêt général pour avoir mordu au bras un gardien. 

En vidéo

Lourdes : la guerre des cierges

En février, elle avait également été relaxée pour deux autres performances. Enfin, en 2014 et 2016, elle avait fait l'objet de deux rappels à la loi pour deux actions dénudées au musée d'Orsay sous les toiles de Manet "L’Olympia" et de Courbet, "L'origine du monde". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter