Une jeune "radicalisée" mise en examen après un "prosélystisme violent" sur Telegram

FAITS DIVERS

ANTITERRORISME - Une jeune majeure, arrêtée mercredi à Clermont-Ferrand, a été mise en examen et écrouée ce samedi. Elle avait été repérée par la DGSI sur la messagerie chiffrée très utilisée par les djihadistes.

Ses messages "inquiétants" avaient été repérés sur Telegram, la messagerie chiffrée prisée des djihadistes. Une jeune "radicalisée" de 18 ans, interpellée à Clermont-Ferrand, a été mise en examen et écrouée samedi, soupçonnée de s'être livrée à du "prosélytisme violent sur internet".

EN SAVOIR + >>  Clermont-Ferrand : une jeune femme "radicalisée" arrêtée après des "messages inquiétants"

Elle avait été placée en garde à vue mercredi dans la préfecture du Puy-de-Dôme, puis avait été transférée à Levallois-Perret, au siège de la DGSI (direction générale de la sécurité intérieure). 

Repérée par la DGSI sur Telegram

Sa garde a vue pouvait durer jusqu'à dimanche, mais ce samedi soir, un juge antiterroriste a mis en examen et écroué la jeune femme des chefs d'"association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme" et de "provocation directe à un acte de terrorisme au moyen d'un service de communication au public en ligne".

La jeune femme, née en juin 1998, tout juste majeure, a été repérée par la DGSI dans le cadre de la surveillance des chaînes de Telegram, messagerie chiffrée prisée des djihadistes. Ses messages ont été suffisamment "inquiétants" pour que les services de police décident de l'interpeller.

A LIRE AUSSI >>  C'est quoi Telegram, cette appli de messagerie chiffrée utilisée par les terroristes ?

Sur le même sujet

Lire et commenter