Une quarantaine de cadavres d'animaux découverts chez une bénévole d'association animale

Une quarantaine de cadavres d'animaux découverts chez une bénévole d'association animale
FAITS DIVERS
DirectLCI
FAIT DIVERS - Une quarantaine de cadavres d'animaux dont ceux de 28 chiens ont été découverts fin novembre près de Brest, au domicile d'une jeune femme bénévole pour une association de protection des animaux bretonne. La responsable Klervie Talarmain est encore sous le choc.

"Elle a rejoint l'association en avril, et jusqu'à très récemment, je ne me doutais de rien", déclare Klervie Talarmain, des trémolos dans la voix. La responsable de l’association de protection des animaix Les Alfredes n'imaginait pas une seule seconde en acceptant comme bénévole Elodie la suite tragique des événements.

Entre fin novembre et début décembre, une quarantaine de cadavres d'animaux ont été retrouvés au domicile de la bénévole, à Milizac, près de Brest (Finistère). Les restes de 28 chiens, deux chats, cinq lapins, une poule et une oie ont été retrouvés dans des enclos fermés, a révélé Ouest France ce mercredi.

"Mensonge sur mensonge"

Elodie s'était présentée aux Alfredes au mois d'avril dernier pour être famille d'accueil alors que l'association venait de prendre en charge un molosse. "Elle connaissait très bien ce genre de chiens car elle avait eu un élevage à Milizac jusqu'en 2010", indique Klervie Talarmain à metronews. "Elle n'avait que de bonnes recommandations, on l'a prise tout de suite."

En août dernier, Elodie se propose d’accueillir Zeus, un american staff de deux ans abandonné par ses propriétaires. "J'ai demandé des nouvelles du chien en septembre, elle m'a dit que tout allait très bien", poursuit Klervie Talarmain. "Début octobre, j'ai voulu aller voir Zeus, mais notre bénévole a annulé en disant qu'elle était malade. Ça peut arriver".

Mi-octobre, Klervie Talarmain cherche de nouveau à voir le molosse pour prendre des photos. "Elle m'a dit encore une fois que je ne pouvais pas, car le chien était à Mililzac, là où elle avait son élevage jusqu'en 2010. Elle m'a dit qu'elle avait gardé la propriété et qu'elle devait la rendre en juin prochain. Elle m'a précisé qu'elle avait mis le chien là-bas car il était 'un peu speed' et qu'elle voulait le travailler. Elle a une formation en éducation canine", raconte la responsable.

Klervie Talarmain demande alors à Elodie de lui prendre des photos et de lui remettre. Mais les clichés n'arrivent jamais. "Elle trouvait toujours des excuses. Elle annulait les rendez-vous. Je ne pouvais jamais voir le chien. C'était mensonge sur mensonge. Dans un premier temps, j'ai cru qu'elle l'avait perdu."

"Elle avait mangé son panier"

Ne parvenant à voir le jeune molosse, la responsable des Afredes se rend le 26 novembre sans prévenir à Milizac et finit par retrouver le cadavre de Zeus dans un enclos. "Le matin, au téléphone, elle m'avait dit que le chien allait très bien… Je l'ai rappelée le soir, sans lui parler de la macabre découverte que je venais de faire. Elle a continué à mentir et à me dire que Zeus allait très bien."

Klervie Talarmain retourne alors sur place avec les gendarmes. "Je n'imaginais pas trouver autant d'animaux morts. Nous avons découvert des chiens, des chats, des lapins… Ils étaient dans des enclos à même le sol, dans un puits... Certains sont morts de soif sans doute. D'autres, de faim. Dans une niche, nous avons découvert le squelette d'un chien qui avait mangé son panier et griffé toute la paroi. C'était horrible."

L'association Les Alfredes a porté plainte. Le Refuge, 30 Millions d'amis et Bêtes en scène, d'autres associations de protection des animaux se sont constituées partie civile. Elodie, elle, serait dans le déni total. L'ex-bénévole, ainsi que sa mère et son beau-père avec qui elle vivait, sont toujours entendus par les gendarmes.

Lire et commenter