Val-d'Oise : cent kilos de cannabis retrouvés dans une école, cinq gardes à vue en cours

FAITS DIVERS

STUPÉFIANT - Cent kilos de cannabis ont été découverts vendredi dans une école de Bezons dans le Val-d'Oise, où cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. La police judiciaire parisienne est chargée de l'enquête.

Étonnante découverte. Près de cent kilos de cannabis ont été retrouvés dans le groupe scolaire Louise Michel à Bezons dans le Val d'Oise. Cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue et la brigade des stupéfiants de la police judiciaire parisienne est chargée de l'enquête, selon une source proche de l'enquête à LCI.

Selon les premiers éléments, il y a eu "deux découvertes" en "deux lieux distincts" de l'école, a ajouté cette source. Pour la députée Fiona Lazaar (LREM), cette saisie montre que "le travail de fond mené par les forces de l'ordre paye", mais qu'il ne faut pas "baisser la garde". 

"Alors que le Ministre prépare un plan de lutte contre les trafics de stupéfiants qui doit être présenté en juillet, je lui ai rappelé ce soir encore l'importance de maintenir les efforts à Bezons et Argenteuil", a-t-elle écrit dans un communiqué annonçant la découverte de la drogue.

Lire aussi

Pas une première

Ce n'est pas la première fois qu'une infrastructure publique sert de lieu de stockage. En novembre 2017, un camion transportant 500 kg de cannabis en provenance d'Espagne avait été intercepté par les douanes au moment où il entrait dans le centre technique municipal (CTM) de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Trois hommes soupçonnés d'être impliqués dans ce trafic, et dont l'un travaillait pour la mairie, avaient été mis en examen et écroués.

En vidéo

Le trafic de drogue compte dans le PIB !

A quelques kilomètres de là, ce sont onze kilos de cocaïne, 15.000 euros en espèces, un gilet pare-balles volé à la police et plusieurs armes qui avaient été retrouvés dans le centre technique municipal (CTM) de Bagnolet en 2013. Sept personnes jugées en 2014 dans cette affaire avaient été condamnées à des peines allant jusqu'à huit ans de prison ferme.

Et aussi

Lire et commenter