Val-de-Marne : marche blanche pour Aïssatou, tuée par "jalousie" par son ex

FAITS DIVERS
COLÈRE - La jeune femme de 21 ans a succombé à ses blessures vendredi. Son oncle organise un rassemblement le 12 novembre à Valenton afin de "faire la lumière sur la violence de cet acte, sur les violences faites aux femmes et sur les violences dans nos quartiers".

Le recueillement, mais aussi la colère. L'oncle d'Aïssatou, décédée le 30 octobre après avoir été frappée dans une cage d'escalier par son ex-compagnon, organise le 12 novembre une marche blanche à Valenton, dans le Val-de-Marne, fait savoir Le Parisien ce 3 novembre


Les proches de la jeune femme de 21 ans souhaitent ainsi "faire la lumière sur la violence de cet acte" et "sur les violences faites aux femmes et dans nos quartiers". La violence "est une forme de terrorisme que nous devons combattre au quotidien", s'alarme l'oncle de la victime auprès de nos confrères. 

Il a attendu son retour pour la tabasser et la traîner au troisième étage car elle ne voulait plus le voirNoël, l'oncle d'Aïssatou

Le 18 septembre dernier, l'ex-compagnon de la jeune femme, âgé de 19 ans, avait laissé Aïssatou pour morte après l'avoir frappée à la tête, avant de prévenir sa famille de son acte meurtrier. La jeune femme avait ensuite passé six semaines dans le coma. Touchée au cerveau, elle n'a pas survécu. 


Alors qu’elle revenait d’une crémaillère, l'ex aurait attendu son retour "pour la tabasser et la traîner au troisième étage car elle ne voulait plus le voir depuis près d’un an et demi", a relaté l’oncle de la victime. Il n’aurait pas supporté, par "jalousie", de la voir rentrer de soirée, et l'avait déjà agressée par le passé. 


Le suspect a depuis été mis en examen pour tentative d’homicide volontaire. Multirécidiviste, il était notamment impliqué dans des caillassages et des menaces de mort à l’encontre de policiers à Valenton. Son nom était apparu pour la première fois dans les fichiers de la police alors qu’il est âgé d'à peine 13 ans, selon Le Parisien.

En vidéo

Violences conjugales : seul "15% des femmes déposent plainte"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter