Qui était Geoffroy Henry, le pompier tué à l’arme blanche par un déséquilibré dans le Val-de-Marne ?

FAITS DIVERS
DirectLCI
FAITS DIVERS - Geoffroy Henry, 27 ans, était affecté au centre de secours de Rungis depuis janvier 2017. Il était marié et avait un bébé.

C’est devant un pavillon de la rue René-Cassin à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne), mardi aux alentours de 18h20, que Geoffroy Henry, 27 ans, est mort d’un coup de couteau en plein cœur, asséné par l’homme qu’il était venu secourir. L'individu était alors en proie à une "crise de démence".


"Malgré les premiers secours donnés par son coéquipier et les soins prodigués par ses camarades et les équipes médicales (...) le sapeur-pompier de première classe n'a pas pu être ramené à la vie", a détaillé le ministère de l’Intérieur. La fin tragique d’un engagement jusqu’alors sans faille.

Pompier dès l'âge de 14 ans

Car c’est peu dire que, chez Geoffroy Henry, le métier de pompier était une véritable vocation. Son engagement remonte en effet à l’adolescence : en 2005, à l’âge de 14 ans, ce natif de Lille devient jeune sapeur-pompier à Crest (Drôme), avant de s'engager volontairement aux centres de Montvendre puis de Chabeuil, toujours dans la Drôme. Il sert ensuite au centre de secours de Drancy (Seine-St-Denis), puis est affecté, en janvier 2017, à celui de Rungis (Val-de-Marne), au sein de la 38e compagnie d’incendie et du groupement des appuis et de secours.

En vidéo

Un pompier tué à l'arme blanche par l'homme en crise qu'il venait secourir

Titulaire de la médaille de bronze de la Défense nationale, Geoffroy Henry exerçait encore à Rungis au moment de son décès. Il assurait, en outre, durant chacune de ses disponibilités, des gardes au centre de secours de Saint-Marcel-lès-Valence, commune de la Drôme où il s’était installé avec sa famille. Il laisse derrière lui une épouse et un petit garçon de quatre mois.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter