Valenciennes : abattu sur le trottoir sous les yeux de son fils

Valenciennes : abattu sur le trottoir sous les yeux de son fils

DirectLCI
FAIT DIVERS – Un homme de 45 ans a été tué vendredi en début de soirée dans une rue de Valenciennes (Nord-pas-Calais) alors qu'il se trouvait avec son fils. Le tireur a pris la fuite.

Comme chaque semaine, Frédéric H. et son fils étaient allés faire leur partie de tennis de table. Mais ce vendredi, en sortant du complexe sportif du Fort Minique de Valenciennes (Nord-pas-Calais), le quadragénaire a à peine pu faire quelques pas sur le trottoir.

Vers 19h45, cet homme de 45 ans a été abattu sous les yeux de son fils âgé de 18 ans. Moins d'une seconde après la détonation, Frédéric H. s'est écroulé au sol, face contre caniveau, rapporte La Voix du Nord . Malgré l'intervention rapide des secours, le père de famille n'a pu être sauvé. Son agresseur, lui, a pris la fuite. Il est toujours recherché ce dimanche.

Balle dans le dos

L’examen médico-légal pratiqué sur place a révélé que la victime avait été atteinte dans le dos. Une autopsie va être effectuée en ce début de semaine pour confirmer que le décès est bien la conséquence d’un tir par arme à feu "et pour extraire l’éventuel projectile", indique le parquet de Valenciennes dans un communiqué.

La direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Lille a d'ores et déjà saisi toutes les bandes de vidéosurveillance du quartier pour les exploiter et plusieurs témoins ont été entendus depuis les faits. Les déclarations de l'un d'entre eux intéressent particulièrement les enquêteurs : il a en effet indiqué avoir vu, après la détonation, un individu courir vers un parking et monter à bord d’une berline de couleur bleue. Le véhicule n’a pas encore été retrouvé.

Vidéosurveillance et environnement

Les enquêteurs s'intéressent également de près à l’environnement de Frédéric H., ingénieur au sein de l’entreprise PPG à Marly, après avoir travaillé chez Toyota à Onnaing. Il était aussi pongiste amateur et occupait depuis plusieurs années le poste de trésorier de l’Union sportive de tennis de table de Valenciennes (USTT), précise La Voix du Nord. François Pérain, procureur de la République de Valenciennes, fait savoir qu'à ce stade de l'enquête, aucune hypothèse n'est exclue.

La nouvelle a en tout cas bouleversé tous les membres de l'USTT. Personne ne comprend en effet pourquoi quelqu'un aurait pu en vouloir à cet homme que l'on surnommait dans sa ville "Nounours".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter