Vaste arnaque aux SMS frauduleux : une nouvelle équipe démantelée à Nice

FAITS DIVERS

INFO METRONEWS - Trois hommes ont été interpellés la semaine dernière par les policiers, soupçonnés d'avoir participé à l'immense fraude au numéro surtaxé ayant fait au moins 50.000 victimes, mise au jour en février dernier. Le préjudice total est estimé à 600.000 euros, selon l'enquête conduite par un juge niçois.

Vous venez de recevoir un SMS d'un numéro commençant par "0899", ou un autre présenté comme celui de votre opérateur renvoyant vers un lien URL pour connaître ce qu'il reste dans votre forfait... Attention, si vous suivez les consignes du texto, il y a de grandes chances que vous tombiez sur un numéro surtaxé. Et que vous soyez victimes d'une escroquerie aux SMS frauduleux.

EN SAVOIR + >> Phishing par téléphone : la PJ nous livre ses conseils

Les policiers de Nice et les enquêteurs de l'office central de lutte contre la criminalité liée au technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) viennent de démanteler une deuxième officine de cyber-escrocs en quelques mois à peine. Selon nos informations, trois individus ont été interpellés lundi 2 mai à Paris et dans les Alpes-Maritimes, soupçonnés d'avoir participé à la vaste arnaque aux numéros surtaxés mise au jour en février dernier .

Les deux officines se connaissaient

Après un an et demi d'enquête, les policiers ont pu établir que l'escroquerie avait rapporté 600.000 euros et fait environ 50.000 victimes. Les cyber-escrocs ont pu envoyer jusqu'à 1,5 million de SMS frauduleux. Avec une technique assez élaborée. Grâce à des ordinateurs et des cartes SIM installées dans un appartement du centre de Nice, ils envoyaient de façon groupée des dizaines de milliers de SMS chaque jour, renvoyant vers un numéro surtaxé. Le compte de l'utilisateur était ainsi débité, sans qu'il ne s'en aperçoive.

Les policiers ont interpellé dans un premier temps six personnes en février. Les trois nouvelles interpellations de la semaine dernière opéraient exactement de la même façon que l'officine précédente. "Les deux fonctionnaient de façon indépendante. A ceci près qu'ils se connaissaient et qu'ils avaient échangé leurs pratiques. Par ailleurs, ils se fournissaient en cartes prépayées chez le même individu", précise auprès de metronews Delphine Lallemand, chef de la division économique et financière de la PJ de Nice.

100.000 SMS par jour

L'enquête, conduite par un juge d'instruction niçois, devra déterminer les responsabilités exactes des deux officines. D'autant que la plus récente envoyait aussi des SMS à travers une société tout à fait légale. "Sur les 100.000 SMS que la société envoyait chaque jour, combien étaient frauduleux?", s'interroge la commissaire.

L'enquête se poursuit. Sur les trois individus interpellés lundi dernier, un a été laissé libre, il est mis hors de cause. Un autre a été placé sous contrôle judiciaire et le principal responsable de l'officine a été écroué. C'est lui, selon les premiers éléments, qui aurait fourni une grande partie du matériel permettant l'envoi massif de SMS frauduleux.

Lire et commenter