Vente de la vidéo de la fusillade au Daily Mail : le patron de la Casa Nostra dément

Vente de la vidéo de la fusillade au Daily Mail : le patron de la Casa Nostra dément

DirectLCI
REACTIONS - Dimitri Mohamadi, gérant de la pizzeria parisienne attaquée par un terroriste le soir des attentats, affirme qu'il n'a pas vendu la vidéo de l'attaque au "Daily Mail". Et accuse un cousin éloigné d'avoir empoché le pactole. Une version contredite par Europe 1.

Il affirme n'avoir rien touché. "Si je prends cet argent sur le sang des autres, comment je peux vivre ? Je ne pourrais pas. Je n'ai pas touché un centime". Dans un entretien accordé mardi à Nice Matin et à RTL, Dimitri Mohamadi, le patron de la Casa Nostra, accusé d'avoir vendu les images de vidéosurveillance montrant la fusillade de son restaurant attaqué lors des attentats de Paris, répond aux attaques. Un journaliste indépendant, Djaffer Ait Aoudia, avait en effet révélé lundi au Petit Journal que le gérant de l'établissement avait empoché 50.000 euros pour cette transaction macabre.

Si le patron de la Casa Nostra concède qu'un média britannique lui a bien proposé une somme importante pour acheter les images, il réfute avoir accédé à sa demande. "C'est de l'argent sale. Je lui ai dit que je n'avais pas besoin de cet argent (…) je ne veux pas gagner de l’argent sur le dos de ceux qui sont morts".

Version contredite

Une ligne de défense contredite mardi soir par Europe 1  qui aurait pu consulter les images tournées en caméra cachée par le journaliste dans leur intégralité et, cette fois, non floutées. La veille, dans l'émission du Petit Journal, les visages des différents protagonistes avaient été cachés. On y verrait le gérant avec son "cousin", ce dernier s'occupant de parler et de négocier avec les médias. "A côté, le patron hésite mais accepte finalement la transaction. Il propose même une réduction si les Anglais achètent la vidéo, de moins bonne qualité, enregistrée sur son téléphone portable", assure la radio.

EN DIRECT >> Suivez les dernières informations sur les événements

Interrogé par Nice-Matin sur ces images, le patron de la Casa Nostra, qui parle de manipulation du journaliste Djaffer Ait Aoudia souhaitant également, selon lui, récupérer la vidéo, se défend sommairement : "Moi, on me voit en train de montrer une vidéo. En fait, j’avais filmé les images de l’écran de vidéo surveillance avec mon portable. Après, tout le monde rentrait chez moi et j’ai appris qu’elle avait été vendue apparemment pour 50.000 euros". Mais il répète ne pas "avoir vu la couleur de l'argent". Et soupçonne un "proche", un "cousin éloigné", qui aurait également les clés de son établissement, d'avoir empoché le pactole. 

Appels au boycott

La radio explique qu'après douze heures de négociation, "toute une logistique" aurait été mise en place pour finaliser les négociations, le "cousin" dormant même dans la cave pour protéger les disques durs en attendant le versement des 50.000 euros du journal britannique. La mairie de Paris, qui n'aurait pas été convaincue par la ligne de défense du patron de la Casa Nostra, aurait décidé de suspendre les 40.000 euros que devait recevoir le restaurant, comme tous les commerces touchés par les attentats.

Version confirmée ou pas des uns et des autres, la page Facebook du restaurant croule depuis sous les insultes, les menaces et les appels au boycott. Le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karouchi s'est également indigné publiquement sur Twitter de cette négociation "sordide" et "infâme" au détriment "du respect des familles". Si aucun client de la Casa Nostra n'a été tué dans l'attaque, sur le trottoir d'en face, cinq personnes ont perdu la vie. 

Précisions :
 
Samedi, au lendemain des attentats, Metronews avait réalisé un reportage sur le restaurant Casa Nostra. Dimitri Mohamadi nous avait permis d'entrer à l'intérieur de son établissement, attaqué la veille par un des terroristes. Nous avions pu constater que les enquêteurs n'avaient pas encore récupéré les enregistrements de vidéosurveillance. Le patron du restaurant espérait alors qu'ils viendraient "les chercher rapidement". À aucun moment, il ne nous a fait mention de son intention de les vendre ou ne nous a proposé quelconque transaction. 

Europe 1 affirme par ailleurs que "toute une logistique" a été mise en place pour finaliser les négociations, le "cousin" dormant dans la cave pour protéger les enregistrements en attendant le versement de l'argent du Daily Mail. Nous tenions à préciser que lors de notre passage dans cette salle de vidéo-surveillance située au sous-sol et qui servait également de bureau, un matelas était déjà entreposé là, visiblement depuis longtemps. Le patron et les serveurs y dormaient souvent le soir, en dépannage, lorsqu'ils finissaient tard.  

EN SAVOIR + 
>>  Le patron de la Casa Nostra aurait vendu 50.000 euros les vidéos de l'attaque
>> Sophia et Barbara sauvées parce que l'arme d'un des terroristes n'a pas fonctionné

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter