VIDEO - Barrage de Sivens : ambiance tendue avant la mort de Rémi Fraisse

VIDEO - Barrage de Sivens : ambiance tendue avant la mort de Rémi Fraisse
FAITS DIVERS

ENQUETE - Un montage vidéo a été postée ce mardi sur Youtube, trois jours après la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens (Tarn). L'auteur, un jeune activiste, affirme que les images ont été tournées samedi 25 octobre, quelques heures avant que Rémi Fraisse ne soit mortellement blessé.

Les images postées par "Groupe Groix" (Groupe de Recherches Ouvertes et d'initiatives multiples) ce mardi sur Youtube, si elles datent réellement de samedi, montrent clairement la tension qui règne depuis plusieurs semaines au Testet. Cette vidéo n’est pas la seule tournée depuis que les opposants manifestent et que les CRS et gendarmes sont chargés du maintien de l'ordre mais c'est sans doute l'une des plus violentes.

Ainsi, pendant 28 minutes et 59 secondes, militants écologistes et opposants au barrage échangent verbalement et physiquement avec les gendarmes et les CRS. L'auteur de la vidéo qui  monté plusieurs séquences tournées dans la journée a affirmé à Libération que les images avaient été tournées samedi dernier, quelques heures avant la mort de Rémi Fraisse.

Quelques moments ont donc été mis en avant par l'auteur de la vidéo :

- A 2'27'': l'ambiance est plutôt bon enfant. "T'as faim? T'es Vegan? Tu veux du thon?" dit un opposant à un autre.

- A 3'00'' : les images montrent l'enclos,CRS et gendarmes sont autour des manifestants mais c'est calme.

- A 3'40'' : Une opposante crie : "Commencez pas à vous battre". Un autre aux forces de l'ordre : "Cassez-vous"

- A 7'09'' : Des activistes tentent de forcer le portail qui bloque l’accès au site. Des cocktails molotov sont lancés par des manifestants. La situation dégénère. Huées, applaudissements et cris.

- A 9'36'' : Le bruit des grenades se fait entendre pendant plusieurs minutes. Les fumées envahissent le terrain.

- A 13'39 : Des jets de projectiles se font de part et d'autre, un activiste blessé est pris en charge par les sympathisants.

- A 15'59'': Un activiste crie aux CRS : "Vous n'avez pas retenu les leçons de Notre-Dame-des-Landes j'ai l'impression Messieurs! (...) Vous allez avoir deux ou trois morts. On va parler de vous. Et puis ça va repartir pareil puis un jour un politique va dire 'on arrête tout.' C'est dommage que vous n'ayez pas un peu de jugeote". 

- Les activistes dénoncent ensuite le manque de dialogue et s'en prennent au préfet et au ministre.

- 16'56'': "Quand il y a un mort ou un blessé, le gouvernement est strictement responsable, déclare un manifestant. Et celui qui l'a fait aussi d'ailleurs, même s'il avait l'ordre".

- A 17'17'': un manifestant aux CRS : "On vous comprend, c'est votre job, On n'est pas là pour vous faire du tort. Ne nous tuez pas non plus ! Que ça se règle politiquement et que le préfet voit qu'il y a ici des gens qui sont prêts à se battre pacifiquement".

- A 18'09'': nouveaux jets de projectiles et grenades.

- A 18'40'' : Un CRS demande à un autre de lui "envoyer des grenades". "Envoies des grenades" répète-t-il avant qu'un collègue ne lui dise : "Mais j'en n'ai pas putain. Me demande pas d'envoyer ce qu'il n'y a pas".

- A 22'09 : un gendarme touché par un projectile prend feu. Les manifestants hurlent et rient. La situation dégénère à nouveau et se finit avec des heurts dans les bois.

- A 28'37'' : La vidéo se conclut avec une petite pancarte sur laquelle on peut lire : "NNDL Testet Anarchie vaincra".

Lire et commenter