"Qu'on retrouve cette fillette !" : un millier de citoyens anonymes à la recherche d'un indice pour retrouver Maëlys

MOBILISATION - Plusieurs centaines de bénévoles ont ratissé ce samedi les environs boisés de Pont-de-Beauvoisin (Isère) à la recherche d'un indice pouvant faire progresser l'enquête sur la mystérieuse disparition de Maëlys, 9 ans, introuvable depuis six jours.

"Si vous retrouvez quelque chose qui soit lié à la disparition, vous arrêtez tout de suite : on s’écarte, on ne touche à rien !". Ils sont plusieurs centaines à avoir attentivement écouté ce samedi matin, devant le lycée de Pont-de-Beauvoisin (Isère), les consignes des gendarmes chargés d’encadrer la grande "battue citoyenne" spontanément organisée pour retrouver Maëlys. Tous, répartis par groupes de quinze et vêtus de gilets jaunes, se sont ensuite dispersés pour quadriller la trentaine de secteurs qui leur avait été attribués. 


Un véritable travail de fourmi : ces bénévoles, qui ont répondu à un appel lancé sur les réseaux sociaux, ont toute la matinée passé au peigne fin le maximum d’endroits escarpés, boisés ou marécageux, à la recherche du moindre indice sur la disparition de la fillette de 9 ans, dans la nuit de samedi dernier lors d’un mariage célébré dans le village. Selon France Bleu, ils étaient plus d'un millier.

En vidéo

Les consignes des gendarmes avant la battue citoyenne pour retrouver Maëlys

Ces volontaires avaient commencé leurs recherches en apprenant que les deux hommes placés en garde à vue ces deux derniers jours avaient été libérés. Mais tous espéraient trouver quelque chose susceptible de faire progresser l'enquête, à l'image de cette maman de quatre enfants confiant à TF1 avoir été "particulièrement touchée" par l'histoire de Maëlys : "Qu'on retrouve cette fillette !". "Nous sommes là pour elle, pour la retrouver. Cet engouement citoyen apporte quelque chose d'extrêmement bénéfique à sa famille. Nous avons encore tous l'espoir de la retrouver saine et sauve", a de son côté confié une proche de l'enfant, les yeux rougis par l'émotion.


Si cette aide est précieuse pour les forces de l'ordre, qui ont déjà ratissé en vain tous les abords du lieu du mariage cette semaine, elle peut aussi être encombrante. La centrale d'appel de la gendarmerie a ainsi été saturée toute la matinée des coups de fil de bénévoles alertant sur "tout et n'importe quoi, pour un mégot de cigarette ou une bouteille vide". "Beaucoup de médiums appellent aussi. Cela contribue à parasiter le standard téléphonique", a souligné Nour-Eddine Ghaoui, l'un des organisateurs. Les recherches se sont prolongées jusqu'à la tombée de la nuit.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Disparition de Maëlys : le dénouement après 6 mois d'enquête

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter