VIDEO - Charb préférait "crever" plutôt que de céder aux menaces

VIDEO - Charb préférait "crever" plutôt que de céder aux menaces
FAITS DIVERS

ATTENTAT – Le directeur de la publication de Charlie Hebdo, tué mercredi dans la fusillade au siège de l'hebdomadaire à Paris, avait fait l'objet de nombreuses menaces, notamment après la publication de caricatures de Mahomet. Sans jamais envisager de se censurer.

Le danger, il ne pouvait qu'en avoir conscience. Les menaces constantes qu'il recevait étaient là pour le lui rappeler. Charb avait choisi de les ignorer plutôt que vivre dans la peur. Le directeur de la publication de Charlie Hebdo expliquait ainsi au Monde en 2012 qu'il préférait "mourir debout plutôt que vivre à genoux."

"Irresponsable de céder à la menace extrémiste"

"Je ne vois pas comment je pourrais vivre dans un pays où je ne pourrais plus rire de tel sujet parce qu'il y a un risque judiciaire ou mortel. Autant crever tout de suite", réitérait Charb devant les caméras de BFMTV en septembre 2012. "Ce qui serait irresponsable, pour nous, ce serait de céder à la menace extrémiste."

EN SAVOIR +  >> Cabu, Wolinski, Tignous, Maris... Qui sont les victimes de la tuerie à Charlie Hebdo ?

Charb était en première ligne des menaces qui visaient l'hebdomadaire, notamment après la publication de caricatures du prophète Mahomet en 2012. Un homme qui avait appelé à le décapiter avait alors été interpellé. Charb était depuis en permanence accompagné d'un policier du Service de protection des personnalités. Un homme lui aussi tombé sous les balles des terroristes, ce mercredi 7 janvier, au siège de Charlie Hebdo.

À LIRE AUSSI
>> PHOTOS - Retour sur les unes les plus polémiques de Charlie Hebdo sur la religion
>> Retrouvez notre dossier complet sur l'attentat

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent