VIDÉO - Combat de rue filmé entre un policier et un jeune : la justice ouvre une enquête

DirectLCI
JUSTICE - Une vidéo montrant un policier se battre à mains nues contre un homme de 20 ans, dans le 18e arrondissement a été partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, avant d'attirer l'attention de la justice. Cette dernière vient d'ouvrir une enquête.

Le parquet de Paris a ouvert, lundi, une enquête, après la diffusion d'une vidéo montrant un policier se bagarrer à mains nues avec un jeune homme, dans le 18e arrondissement de Paris, révèle Le Parisien. Le combat a lieu sous les yeux des collègues du policier et d'un groupe de jeunes. Personne n'intervient pour séparer les deux hommes, qui s'échangent plusieurs coups de poing. Le policier tombe ensuite à terre, puis le groupe de jeunes s'enfuit.


Selon France 24, qui a repéré la vidéo partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, l'altercation a eu lieu dans la nuit du 27 juin dernier, dans la rue Raymond Queneau, non loin de la Porte de La Chapelle. L'Inspection générale de la police nationale, la "police des polices", est chargée d'identifer le policier impliqué dans la bagarre, selon Le Parisien

Le déroulé des événements a pu être reconstitué par France 24, qui a contacté "Dybala", le jeune homme de 20 ans qui se bat avec le policier sur la vidéo. Selon le site de la chaîne, il était 3 heures du matin quand quatre jeunes hommes ont installé devant la maison de l'un d'entre eux une table, un écran et une PlayStation, pour jouer au jeu de football Fifa.


Selon Dybala, "la patrouille est venue une première fois. Le policier avec qui je me suis battu par la suite était déjà nerveux et agressif. Il a menacé de nous gazer si on ne rangeait pas la PlayStation. Ses collègues étaient calmes." Puis, toujours selon le jeune homme, la patrouille de police repasse peu de temps après. "Nous avions commencé à ranger quand le policier s’est dirigé vers moi et m’a poussé en me parlant mal ", affirme  Dybala. La tension serait alors montée entre les deux hommes. "Il a fini par me mettre une gifle. Moi aussi je suis nerveux et insolent, alors je lui ai dit de se décaler et de me gifler à nouveau s’il ose. Il l’a fait." Les deux hommes se sont ensuite battus.


"Les agents de la patrouille ont dit de ne pas séparer. Et quand le policier est tombé, je l’ai blessé à l’arcade", poursuit Dybala. Sur la vidéo, on voit plusieurs policiers se rapprocher de leur collègue au moment où ce dernier chute. "Le policier est repassé deux jours après rue Raymond Queneau, il m’a nargué en me disant 't’es content, tu fais le buzz'. Cette fois je n’ai pas répondu", raconte également le jeune homme. La préfecture de police n'a pas encore donné sa version des faits.

Publiée le 27 juin sur la page Facebook de L'Observatoire national des violences policières, la vidéo a été vue plusieurs dizaines de milliers de fois, sans compter les copies qui circulent sur d'autres plateformes. Ces violences peuvent être punies de 3 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende si l'interruption de travail est supérieure à 8 jours. Les policiers peuvent, eux, faire l'objet de sanctions administratives. 


"Les histoires de ce genre, on en connaît tous", affirme Samy, qui a filmé la scène, interrogé par France 24. Il explique à la chaîne que ce type de face-à-face est généralement fait à la demande du jeune "en réaction à certains abus de policiers, pour régler ça d’homme à homme. Mais il est rare qu’un policier accepte." Pour lui, les plus susceptibles d'accepter sont " des agents de terrain qui connaissent les codes de la rue, comme ceux de la brigade anticriminalité". 

Plus d'articles

Sur le même sujet