VIDEO - Loi Travail : à Rennes, le trafic SNCF bloqué par des manifestants

FAITS DIVERS

HEURTS – Plusieurs manifestations ont eu lieu ce mardi contre le projet de loi Travail, dont certains ont donné lieu à des dérapages, notamment à Rennes. Les mobilisations ont toutefois pu se poursuivre normalement.

La tension était encore vive ce mardi pour cette nouvelle journée de manifestation lycéenne contre la loi travail. A Paris, mais aussi à Rennes, Nantes ou encore Lyon, des incidents ont perturbé les cortèges. Dès la mi-journée des opposants au projet de loi du gouvernement ont bloqué les voies ferrées près de la gare de Rennes pendant plus d’une demi-heure, obligeant la SNCF à interrompre le trafic et les forces de l’ordre à intervenir à l’aide de gaz lacrymogène.

Afin d'assurer la sécurité, la SNCF a coupé l'alimentation électrique à 13H40, a indiqué à l'AFP Thierry Chaplais, chargé des relations médias à la SNCF Bretagne. Plusieurs trains sont restés bloqués à quai. Le trafic a pu être rétabli vers 15h30.

Le siège du PS pris pour cible à Marseille

Du gaz lacrymogène a également été utilisé à Nantes, où la mobilisation a dégénéré place Graslin, dans le centre de la ville, rapporte Presse Océan, où quelque 2000 personnes se sont réunies.

A VOIR AUSSI >>  PHOTOS et VIDEO -  A Paris, une ambiance électrique mais pas de casse

A Marseille, le siège de la fédération du parti socialiste des Bouches-du-Rhône a été pris pour cible par des manifestants qui ont tagué la façade du bâtiment et renversé des bennes à ordures. L’autoroute A7 a également été bloquée par une partie des 1500 manifestants, rassemblés mardi dans la cité phocéenne, à hauteur de la gare Saint-Charles.

Echauffourées également à Lyon, où des projectiles ont été lancés par des manifestants en direction des forces de l’ordre. L’un d’eux a atteint un commissaire de police, rapporte Lyon mag. Malgré ces violences et le précédent, il y a trois semaines, au cours duquel une dizaine de policiers ont été blessés, les autorités ont permis à la mobilisation de se poursuivre.

A VOIR AUSSI >>  EN IMAGES - De Bergson à la place d'Italie, la colère des jeunes dans la rue

Lire et commenter