VIDÉO - Mort d'Adama Traoré : "Ça fait un an qu'on veut nous faire taire, ça fait un an qu'on prend des coups"

FAITS DIVERS
HOMMAGE - À l'occasion du première anniversaire de la mort d'Adama Traoré, sa soeur a tenu une conférence de presse pour s’exprimer sur l'année terrible, sur tous les points de vue, que vient de vivre la famille Traoré.

Ce samedi, un an après le décès d’Adama Traoré, sa famille lui rend hommage. Une conférence de presse d’Assa, la sœur d’Adama Traoré, s’est tenue devant la gendarmerie où le corps du jeune homme avait été conservé après sa mort.


Le 19 juillet 2016, alors qu'il tente d'échapper à un contrôle d'identité à Beaumont-sur-Oise, Adama Traoré est rattrapé et maîtrisé par les gendarmes dans son appartement. Il est maintenu au sol sous "le poids des corps" de trois gendarmes, selon les déclarations de l'un des militaires présents. Le jeune homme avait alors confié avoir des "difficultés à respirer". Il avait ensuite perdu connaissance lors de son transport vers la brigade de Persan avant que son décès ne soit confirmé. 

"Un an à prendre des coups"

"Ça fait un an qu’on nous dit que mon frère est mort de cause cardiaque ou d’affection très grave alors qu’il est bien mort asphyxié", a dénoncé Assa Traoré lors de sa conférence de presse. Depuis la mort du jeune homme, les circonstances de son décès demeurent extrêmement floues. "Ça fait un an qu’on veut nous faire taire, ça fait un an que la famille Traoré a pris des coups, ça fait un an que la famille Traoré subit l’acharnement, des pressions et des humiliations de la part de l’État, de la justice à Pontoise", a poursuivi la jeune femme.

Un nouveau rapport qui confirme la thèse de la famille

"Depuis janvier, l’affaire Adama a été déplacée à Paris avec la nomination de trois juges et deux experts qui ont dit officiellement il y a quelques semaines qu’Adama n’est pas mort de cause cardiaque ou d’affection grave mais bien d’asphyxie", a poursuivi la jeune femme. L'affaire avait en effet été suivie dans un premier temps par Pontoise avant d'être "dépaysée" à Paris, à l'automne 2016


En effet, un rapport, publié début juillet, met en cause la théorie des gendarmes sur les raisons de la mort d’Adama. Selon ses auteurs, l'hypothèse d'une cardiomyopathie "ne peut être retenue avec certitude", et de nouveau ils écartent tout "état infectieux antérieur". "Maintenant, nous voulons avoir confiance en la justice de notre pays.  Nous sommes dans une démarche constructive et judiciaire", a-t-elle déclaré.


Après la conférence de presse de la famille Traoré, des centaines de personnes se sont rassemblées dans les rues de Beaumont-sur-Oise pour une marche en hommage au jeune homme et à toutes les victimes de violences policières. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort d'Adama Traoré

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter