VIDÉO - Nordahl Lelandais : après les meurtres de Maëlys et Arthur Noyer, ces autres affaires étudiées par les enquêteurs

FAITS DIVERS
ENQUÊTES - Après le meurtre de Maëlys en Isère, Nordahl Lelandais a avoué celui du caporal Arthur Noyer en Savoie. Et s'il était impliqué dans d'autres affaires criminelles ? Les enquêteurs procèdent à des vérifications dans d'autres dossiers de disparitions non élucidées dans la région.

Il a avoué le meurtre de Maëlys, en février dernier. Puis celui d’Arthur Noyer, le 29 mars. Ce jeune militaire de 24 ans avait disparu en avril 2017  à l’issue d’une soirée en discothèque à Chambéry. Désormais, une question se pose : Nordahl Lelandais est-il impliqué dans d’autres affaires criminelles ? 


Lors de sa mise en examen dans l'affaire Maëlys, en décembre 2017, le procureur de la République Thierry Dran avait indiqué qu’"à la lumière du parcours de Nordahl Lelandais" le parquet allait "regarder toutes les disparitions inquiétantes qui ont pu avoir lieu dans la région". Une cellule de coordination, baptisée Ariane, a été créée mi-janvier au pôle judiciaire de la gendarmerie à Pontoise. L'objectif : procéder à des recoupements entre le parcours de vie de l'ancien maître-chien et les dossiers non élucidés dans les régions qu'il aurait fréquentées.


Des affaires de disparitions ont été rouvertes dans plusieurs parquets : 4 à Grenoble, 2 à Albertville, 2 à Valence, 3 à Nîmes et une à Saint-Etienne.

Certaines pistes écartées

La piste Nordahl Lelandais a d'ores et déjà écartés dans plusieurs dossiers.


Ainsi, le cas d’Estelle Mouzin avait rapidement resurgi, sa famille demandant aux juges qui instruisent le dossier de mener des investigations. "C'est une vérification normale, une démarche que l'on fait quand il y a un enlèvement d'enfant", avaient précisé les avocats de la famille. Le 9 janvier 2003, la fillette de 9 ans avait disparu en rentrant de l'école, à Guermantes (Seine-et-Marne). Mais l’hypothèse d’une implication de Nordahl Lelandais, a été "vérifiée et la porte a été refermée", a expliqué en décembre une source judiciaire à l’AFP. Il se trouvait en effet à l'étranger, dans le cadre de ses fonctions militaires, au moment de la disparition, a précisé france info le 29 décembre. Des éléments en ce sens ont été fournis par l'armée aux enquêteurs.

Un autre dossier avait suscité l’intérêt des enquêteurs : celui de la disparition d’Adrien Mourialmé, 24 ans, jeune homme belge qui travaillait comme cuisinier dans un restaurant à Talloire-Montmin (Haute-Savoie) sur les bords du lac d’Annecy. Il n'a plus donné de nouvelles depuis le 5 juillet 2017, alors que, selon sa mère, il avait l'habitude de l'appeler tous les jours. "Les vérifications ont été effectuées dans le cadre de l'instruction actuellement en cours pour la disparition d'Adrien Mourialmé. Aucun élément ne permet en l'état d'impliquer Nordahl Lelandais", a indiqué à l'AFP le parquet d'Annecy le 5 avril.

Les affaires qui restent à l'étude

La presse avait rapidement évoqué le cas d'une des plus grandes énigmes de la région : la tuerie de Chevaline, le 5 septembre 2012. Trois membres d’une famille britannique et un cycliste français avaient été abattus sur une route forestière de Haute-Savoie. "Pour l’heure, établir un lien relève du pur fantasme. On est encore au stade de vérifications dans le but d’écarter tout lien", indiquait une source proche de l’enquête à LCI. En l’état, aucun élément ne permet d’établir un quelconque lien. 


Les enquêteurs se concentreraient plus précisément sur la disparition de deux hommes à un an d'intervalle, en 2011 et 2012, en marge d'un festival électro au Fort de Tamié (Savoie). Jean-Christophe Morin, 23 ans, avait disparu en septembre 2011. Le jeune homme, originaire de Sallanches, s’était rendu à la soirée en faisant du stop. Il a participé à la soirée, et s’est volatilisé. Seul son sac à dos sera retrouvé dans un container. Les appels à témoins lancés par ses proches et les investigations sur le terrain n’ont rien donné. 


Un an après, c’est Ahmed Hamadou, un  Savoyard, marginal de 45 ans, qui disparaît mystérieusement. Selon le Dauphiné, il était parti avec un ami au festival mais avait été refoulé à l’entrée par la sécurité à la suite d’une altercation. Les deux hommes auraient été séparés et la suite reste floue. Son ami Yan serait rentré à Chambéry avant de disparaître sans donner de nouvelles durant 3 semaines. Puis il est réapparu. Ahmed Hamadou, lui, n’a jamais redonné signe de vie depuis maintenant cinq ans.

Interrogé sur France 3, le cousin du disparu a indiqué qu’Ahmed et Nordahl Lelandais se connaissaient "de vue". Les deux hommes habitaient selon lui "à 5 minutes de route". La sœur d’Ahmed Hamadou a aussi réalisé que son frère avait peut-être connu Nordhal Lelandais, car il venait souvent dans la commune de Lelandais, Domessin et à Pont-de-Beauvoisin où a disparu la petite Maëlys. "Peut-être que mon frère l’a rencontré dans un bar, car il parlait avec tout le monde et il était fêtard", a-t-elle raconté à TF1.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter