VIDÉO - Opération antiterroriste à Montpellier : notre reportage dans l'appartement de Thomas S.

TENTATIVE D'ATTENTAT - Qui est Thomas S., l'un des trois gardés à vue soupçonné d'avoir voulu préparer un attentat suicide en France ? Mohamed, 41 ans, a hébergé pendant plusieurs jours le suspect dans son appartement près de Montpellier, dont il ouvre aujourd'hui les portes.

Vendredi dernier, la sous-direction antiterroriste interpellait quatre personnes soupçonnées de préparer un attentat en France. Trois sont toujours en garde à vue ce dimanche. Parmi elles, Thomas S. suspecté d'avoir projeté de mourir en kamikaze. En froid avec sa famille, le jeune homme occupait depuis plusieurs jours l’appartement d’un certain Mohamed qui, au courant de sa grande difficulté financière, avait choisi de mettre à sa disposition son bien immobilier situé à Clapiers, près de Montpellier.  C'est là que Thomas S. a été arrêté le 10 février.


L'homme de 41 ans se sent coupable d'avoir hébergé cet individu âgé de 20 ans seulement. Dans le trois pièces très en désordre après la fouille des forces de l'ordre, il découvre des corans, des manuels d'initation à l'islam et un type de gandoura pour hommes qu'il "portait tous les jours" rapporte Mohamed. Sur la table à manger, des documents dévoilent qu'il suivait dans la région une formation pour apprendre à fabriquer des engins métalliques. "Je me suis dit 'quand même, je ne peux pas laisser un jeune de 20 ans à la rue, dans une cave en sachant qu'en plus il faisait froid', relate Mohamed à TF1. Je ne savais pas qu'il préparait quelque chose, ça ne se voyait pas."

71 grammes d'explosif découverts dans l'appartement

Vendredi, les enquêteurs avaient découvert dans la salle de bain 71 grammes de TATP, un explosif surnommé la "mère de Satan" dans les milieux djihadistes, ainsi que des notes manuscrites pour en fabriquer et les composants ou le matériel nécessaire: acétone, eau oxygénée, seringues et gants de protection. 


Thomas S. avait été assigné à résidence pendant un an, de décembre 2015 à décembre 2016 après une tentative avortée de partir vers la zone irako-syrienne où est installé l'EI. Parmi les suspects interpellés se trouve Sara, 16 ans, avec qui le jeune homme originaire des Ardennes avait un projet de mariage religieux selon les informations recueillies sur la messagerie cryptée Telegram, très prisée par les djihadistes. Tous deux apparaissent "très radicalisés", a indiqué une source proche de l'enquête.

En vidéo

Projet d'attentat kamikaze : quatre arrestations à Montpellier et à Sète

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Projet d'attentat déjoué dans l'Hérault

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter