Affaire Grégory : Murielle Bolle, de nouveau au cœur de l’enquête ?

JUSTICE – En 1984, son témoignage avait servi de base à l’inculpation de Bernard Laroche dans l’enquête sur l’assassinat de Grégory Villemin. La jeune fille, alors âgée de 15 ans s’était rétractée peu de temps après. Ces derniers jours, elle a été convoquée par les gendarmes pour un prélèvement ADN avant de repartir libre. Ce mercredi 28 juin, on a appris que Murielle Bolle allait être entendue une nouvelle fois par les enquêteurs.

Le mercredi 14 juin, l’affaire Grégory a rattrapé Murielle Bolle. De nouveau. Convoquée par les gendarmes de Bruyères (Vosges) dans le cadre de l'enquête sur la mort du petit garçon, elle s’est soumise à un prélèvement ADN avant de repartir libre. Quelques jours plus tard, le 28 juin, elle est entendue par les enquêteurs. Il y a 32 ans, la belle-sœur de Bernard Laroche livrait un témoignage capital qui allait conduire  à l'inculpation de son beau-frère, Bernard Laroche. Mais son revirement, quelques jours plus tard, fragilisera définitivement cette piste. 


Etienne Sesmat qui dirigea l’enquête à l'époque se souvient de la déposition de la jeune fille, âgée alors de 15 ans. "Elle nous dit qu’à la sortie du collège, Bernard l’attendait" se rappelle l’ancien gendarme. "Elle nous raconte un scénario autour d’un déplacement vers Lépanges où ils ont enlevé l’enfant" poursuit-il. Assise dans la voiture de Bernard Laroche, Murielle Bolle aurait suivi "de manière un peu passive".  A un moment, "Bernard est revenu avec un enfant, puis ils sont partis ailleurs. Lui est ressorti, elle ne l'a plus vu et après ils sont rentrés" raconte Etienne Sesmat. 

"Si je ne disais pas ça, ils [les gendarmes] ont dit qu’ils me placeraient dans une maison de correction", confie-t-elle à la presse

Trois semaines après l’assassinat du petit Grégory, Bernard Laroche est interpellé dans l’usine de filature où il travaille. Sur la base du témoignage de Murielle Bolle, le juge d’instruction, Jean-Michel Lambert, l’inculpe pour assassinat mais ne prend aucune mesure de précaution concernant la jeune fille qui rentre dans sa famille ... et change très vite de version. Dès lors, elle n'aura de cesse de protéger son beau-frère et de mettre en cause les gendarmes. 

Après 91 jours de détention, Bernard Laroche est libéré. "Je suis innocent et j’espère que le vrai coupable sera arrêté un jour" lance-t-il devant les caméras. Quelques jours plus tard, il sera abattu par son cousin, Jean-Marie Villemin, le père de Grégory.


La mise en examen le 16 juin de Marcel et Jacqueline Jacob, très proches à l’époque des faits de Bernard Laroche devrait annoncer une nouvelle vague d’interrogatoires a laissé entendre vendredi le Procureur de la République. Une procédure qui ne devrait pas épargner Muriel Bolle, témoin capital de l’époque. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Grégory

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter