VIDEO - Serveuse agressée à Nice : un homme placé en garde à vue puis relâché

FAITS DIVERS

FAIT DIVERS – La serveuse d'un bar de la rue Lamartine à Nice a été agressée lundi dernier par un individu alors qu'elle était en service. Selon elle, l'homme s'en serait pris à elle parce qu'elle servait de l'alcool. Elle a porté plainte lundi, le gérant a lui déposé plainte le lendemain. Mercredi, un homme a été interpellé par la police et placé en garde à vue. Il a finalement été relâché ce jeudi. Metronews, qui a pu se procurer les images de l'agression, fait le point sur cette affaire.

 Lundi 6 juin, 15h06 : une plainte déposée au commissariat
La serveuse d'un bar de la rue Lamartine, S.S., 30 ans, dépose plainte au commissariat Foch à Nice pour "violences volontaires" ayant entraîné une incapacité temporaire de travail n'excédant pas 8 jours. Selon ses déclarations, lundi 6 juin, entre 13h30 et 14 heures, "deux hommes nord-africains se sont installés en terrasse du bar". S.S est alors sortie pour prendre leur commande. Aux enquêteurs elle indique "connaître de vue" l'un des deux hommes car il vient "de temps en temps au bar".

Elle donne un nom, puis un deuxième, "sans plus de précisions". C'est ce deuxième homme, qui, selon elle, lui aurait "demandé pourquoi elle servait de l'alcool alors que c'est le Ramadan". La serveuse aurait alors répondu qu'elle faisait ce qu'elle voulait, qu'elle était "en train de travailler" et qu'elle ne pouvait "refuser de service de l'alcool aux clients". L'individu lui aurait alors rétorqué que "c'était interdit" et elle de répondre "qu'il n'était pas Dieu" pour la "juger".

"Il m'a dit que que si c'était lui qui devait me juger je serais déjà étranglée" précise-t-elle. Elle ajoute que l'homme aurait ensuite désigné l'alcool sur le bar au comptoir disant une nouvelle que c'était "interdit". Alors qu'elle rentrait dans le bar, l'individu l'aurait traitée "de tous les noms et plus particulièrement de sale pute" avant de pénétrer dans l'établissement, de lui "mettre une grosse gifle au niveau de la pommette droite sous l'œil" et de prendre la fuite - comme le montrent ci-dessous les images de vidéo-surveillance que nous avons pu nous procurer. La serveuse explique avoir alors appelé le gérant du bar pour tout lui raconter, avant d'aller porter plainte.


Mardi 7 juin, une nouvelle plainte
Juste après son agression, la serveuse décide de retourner travailler. Dans une interview à  L'Obs , et alors que l'affaire, révélée par Nice Matin , prend un tour politique, elle indique être tunisienne de confession musulmane. Elle précise qu'elle fait le ramadan. "Ce n’est pas parce que je sers de l’alcool que je n’accomplis pas mon devoir. Si je le fais, c’est parce que je suis serveuse. En Tunisie, j’exerçais le même métier et je n’ai jamais eu le moindre problème. Je ne pensais pas qu’en France, pays de libertés, je puisse être agressée pour ça", explique-t-elle.

Le gérant lui, indique à metronews avoir déposé à son tour une plainte le lendemain des faits, mardi 7 juin. Il précise que sur d'autres images de vidéo-surveillance dont  France 3 Côte d'Azur  a diffusé un large extrait, le premier individu aurait fait du "repérage devant le bar" avant de revenir avec celui qu'elle désigne comme étant son agresseur. Les deux hommes se sont alors installés en terrasse avant que n'intervienne l'altercation puis le coup.

► Mercredi 8 juin : une interpellation et un bar fermé
Un homme a été interpellé mercredi 8 juin et placé en garde à vue. La serveuse, qui "accuse le contrecoup" selon le gérant, n'est pas retourné travailler. Le bar est de toute façon resté portes closes.

Dans un communiqué, le maire de Nice, Christian Estrosi (LR) a "exprimé" son "indignation. "Si la liberté d’exercer son culte dans notre pays est un droit, aucune agression communautariste ne saurait être tolérée. Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte intolérable et je demande à l’Etat de prendre cette affaire très au sérieux", dit l'édile. Avant lui, Eric Ciotti, président LR du département, s'était ému de cette agression.


 Jeudi 9 juin : bar toujours fermé et suspect relâché
"J'ai fermé le bar et je ne sais pas quand je vais le rouvrir. Je devais diffuser les matchs de l'Euro, mais vendredi c'est sûr, il sera toujours fermé", indique ce jeudi à Metronews le gérant de l'établissement. Quant à l'individu placé en garde à vue, "il a été relâché", nous a fait savoir une source policière, précisant que l'auteur du coup était toujours en fuite.Contacté à de multiples reprises par Metronews, le procureur de la République de Nice n'a pu répondre à nos sollicitations.

Lire et commenter