Souffrance animale : deux militants de L214 interpellés dans un abattoir

Souffrance animale : deux militants de L214 interpellés dans un abattoir
FAITS DIVERS

INTRUSION – Deux militants de l’association de défense des animaux L214 ont été interpellés dans la nuit de lundi à mardi dans un abattoir de Houdan (Yvelines) alors qu’ils venaient récupérer des caméras dissimulées.

Cagoulés et portant des vêtements de camouflage, deux militants de l’association L214 ont vu leur mission commando pour récupérer des caméras dans un abattoir interrompue par les gendarmes. Alors qu’ils avaient placé, la veille, quatre caméras GoPro sur les parois des caissons servant à descendre des porcs, dans une salle où ces derniers sont endormis au CO2, l’une d’entre elles s’est décrochée pour tomber aux pieds d’un employé. La direction de l’abattoir de Houdan (Yvelines) a prévenu la gendarmerie, qui a pu mettre au point un plan d’interpellation.

Après avoir visionné les caméras de vidéosurveillance montrant deux individus s’introduisant dans l’entreprise, la brigade de gendarmerie, appuyée par un peloton de surveillance et d’intervention (PSIG), a pu interpeller les deux militants vers minuit. "On a fait le pari qu’ils allaient revenir chercher leur matériel assez rapidement", détaille une source proche de l’enquête. Les caméras ont en effet une capacité de stockage limitée. Celles-ci ont été saisies par les gendarmes.

L'abattoir signalé pour son puits à CO2

Les deux hommes, dont l’un est Sébastien Arsac, cofondateur de l’association, feront l’objet d’une convocation devant un officier de police judiciaire le 12 juin 2017 pour "violation de domicile" et "tentative d’atteinte à la vie privée par fixation, enregistrement ou transmission de l’image". Des charges passibles d’un an d’emprisonnement et pouvant aller jusqu’à 45 000 euros d’amende.

Selon L214, l’abattoir leur avait "été signalé en raison de la présence d’un puits à CO2". Une technique utilisée pour tuer les cochons avant de les saigner, qualifiée d’"extrêmement choquante" et "fortement remise en question par des études scientifiques". Selon la gendarmerie, l’abattoir de Houdan a été "inspecté deux fois cette année" sans qu’"aucune anomalie n’ait été relevée". 

Lire aussi

    L214 diffuse régulièrement des images volées dans les abattoirs afin de dénoncer les conditions de mise à mort et le traitement des animaux. Une commission d’enquête parlementaire, créée en mars, a par ailleurs abouti le 20 septembre à la préconisation de 65 mesures permettant d’éviter les mauvais traitements comme le renforcement de la vidéosurveillance et de l’intervention de vétérinaires, ainsi qu’une meilleure formation des employés.

    Lire aussi

      Lire aussi

        En vidéo

        Une vidéo de L214 prise à l'abattoir de Limoges

        Sur le même sujet

        Et aussi

        Lire et commenter