Vincent Lambert, l'acharnement médiatique

Vincent Lambert, l'acharnement médiatique

FAITS DIVERS
DirectLCI
FIN DE VIE – Alors que la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) s'est prononcée récemment en faveur de l'arrêt des soins apportés à Vincent Lambert, ses parents ne comptent pas en rester là. Leurs conseils médicaux ont dévoilé ce jeudi aux journalistes une nouvelle vidéo, censée prouver, une fois de plus, que le patient du CHU de Reims n'est pas en fin de vie.

Vous pensiez l'affaire Vincent Lambert terminée ? En réalité, elle ne fait que recommencer. Ce jeudi après-midi, une petite dizaine de journalistes a été conviée dans la salle de réception d'un hôtel, aux abords de la gare de l'est. Metronews s'est rendu à cette rencontre, organisée par le professeur Xavier Ducrocq et le docteur Bernard Jeanblanc, respectivement neurologue et chef de service d'une unité de vie spécialisée pour les personnes en "état pauci-relationnel" (qui se distingue de l'état végétatif). Tous deux font office de conseils médicaux auprès des parents de Vincent Lambert.

Le but de cette invitation ? Officiellement, "apporter des éclairages sur le véritable état clinique de Vincent", une nouvelle vidéo à l'appui. En pratique, il s'agit plutôt de relancer encore le débat sur la fin de vie, alors que le 5 juin, l a Cour Européenne des Droits de l'Homme s'est prononcée en faveur de l'arrêt des soins apportés à Vincent Lambert, mettant ainsi fin - en théorie -  à deux ans d'imbroglio juridique et familial. Car si Rachel Lambert, l'épouse de Vincent, assure qu'il aurait préféré "qu'on le laisse partir", ses parents, eux, souhaitent qu'on le maintienne en vie.

Scène glaçante

C'est d'ailleurs Viviane Lambert, sa maman, qu'on aperçoit dans cette nouvelle vidéo, en train de donner la becquée à son fils. Vincent, dans son lit, la tête tournée vers elle, paraît tremper ses lèvres dans la cuillère de compote et déglutir. Difficile de dire s'il avale la nourriture, impossible de savoir s'il est en mesure de l'apprécier. Les journalistes, dans la salle, sont perplexes. Un second extrait de la même vidéo montre Vincent ouvrir la bouche et pousser un râle. La scène est glaçante, le malaise est palpable, d'autant que ces images ont été tournées par la famille, sans l'accord du CHU de Reims et sans qu'un personnel médical ne soit présent dans la chambre.

Mais pour les deux médecins présents, aucun doute n'est possible : "Il existe d'autres façons de prendre en charge Vincent Lambert. Jusqu'à présent, on a considéré que l'alimentation-plaisir était sur lui une forme d'acharnement thérapeutique. Or, ses capacités sont supérieures à ce qu'on laisse entendre. Des évolutions sont possibles", détaillent conjointement Xavier Ducrocq et Bernard Jeanblanc. Problème : les journalistes présents ne peuvent effectuer aucune capture ou enregistrement d'image. Du coup, impossible de solliciter un avis d'expert contradictoire.

EN SAVOIR + >> Une vidéo dérangeante pour prouver que Vincent Lambert "réagit"

Preuve qu'après la diffusion publique d'une première vidéo par la famille, le 10 juin, source de vives polémiques, les parents de Vincent Lambert et leurs conseils ne sont pas prêts à accepter la décision de la CEDH. Lors de la sortie de son livre "Pour la vie de mon fils", Viviane Lambert confiait d'ailleurs à metronews en mai 2015 : "Si les médecins décident de tuer mon fils, je ne me plierai pas à leur décision. Je ne sais pas encore comment, mais je ne les laisserai pas faire."

A LIRE AUSSI >> Viviane Lambert : "Mon fils n'est pas un mort-vivant"

Sur le même sujet

Lire et commenter