Vingt ans après, le suspect du meurtre du jeune Nicky Verstappen arrêté en Espagne

Vingt ans après, le suspect du meurtre du jeune Nicky Verstappen arrêté en Espagne

FAITS DIVERS
DirectLCI
ENQUÊTE - Un suspect a été arrêté en Espagne vingt ans après le meurtre aux Pays-Bas de Nicky Verstappen, un garçon de onze ans. Il a accepté ce lundi d'être extradé vers les Pays-Bas. Un tournant majeur dans une affaire qui avait ébranlé le pays pendant toutes ces années de recherches.

L'affaire remonte à 1998. Le suspect du meurtre d'un garçon de onze ans aux Pays-Bas vient d'être arrêté en Espagne, a annoncé dimanche 26 août la police néerlandaise. L'homme a été écroué et a accepté d'être extradé vers les Pays-Bas, a indiqué lundi la justice espagnole. Agé aujourd'hui de 55 ans, cet ancien employé chez les scouts, qui serait expert en survie, avait été repéré en France, où il possède un chalet dans les Vosges.  

L'enfant, Nicky Verstappen, avait disparu il y a vingt ans, pendant la nuit, dans un camp de jeunesse de la province de Limbourg, dans le sud des Pays-Bas, près de la frontière avec l'Allemagne. Il avait été agressé sexuellement avant d'être tué. Son corps avait été découvert le lendemain de sa disparition près du camp.

Recherches ADN de grande ampleur

A l'époque, les enquêteurs avaient effectué des recherches de grande envergure, suivies de près par les médias et le public néerlandais. En vain, jusqu'à ce que la police néerlandaise lance, en février dernier, la plus grande recherche sur l'ADN jamais effectuée aux Pays-Bas. Dans l'espoir de découvrir qui avait laissé des traces sur les vêtements de l'enfant, elle avait invité 21.500 hommes âgés de 18 à 75 ans à venir donner leur ADN dans six lieux de prélèvement.

Porté disparu par sa famille en avril, le suspect a été arrêté grâce à un témoin qui l'a reconnu après avoir vu sa photo dans les médias ces derniers jours, rapportent les enquêteurs. En fouillant son chalet dans les Vosges, la police a alors découvert des traces d'ADN sur ses affaires personnelles correspondant avec celles qui avaient été trouvées sur les affaires du garçon.

Dans différents tweets, un journaliste et porte-parole de la famille a remercié l'équipe de recherche et s'est dit "très soulagé" à l'idée que "la justice va être rendue". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter