Viol fictif à Perpignan : Lola condamnée pour outrage à agent

FAITS DIVERS
JUSTICE - En juin, une jeune femme avait raconté avoir été victime d'un viol en plein jour à Perpignan. Placée en garde à vue pour des "incohérences dans ses déclarations", elle avait fini par craquer, avouant avoir tout inventé. Lola a été condamnée jeudi à 300 euros d'amende avec sursis.

300 euros d'amende avec sursis et 1 euro de dommages-intérêts. C'est la peine prononcée par le tribunal correctionnel de Perpignan jeudi contre Lola, qui avait monté de toutes pièces une histoire de viol en plein centre-ville. La jeune femme de 26 ans était poursuivie pour outrage à agent dans le cadre de cette affaire.

Au lendemain de sa prétendue agression en juin, elle avait lancé un appel à témoins poignant à la radio, allant jusqu'à organiser une conférence de presse pour demander qu'on arrête de passer les viols "dans les faits divers comme si ce n'était pas quelque chose de grave". Pour elle, il y avait "forcément des gens qui avaient vu quelque chose" et elle leur demandait de sortir du silence.

"Elle regrette"

Mais les incohérences dans le récit de cette jeune mère avaient rapidement fait douter les enquêteurs. "Elle a décrit deux hommes d'une trentaine d'années ayant agi à visage découvert. Mais certains éléments sont encore flous, nous devons les vérifier. Pour l'heure, aucun témoin ne s'est manifesté", nous avait alors expliqué une source policière. Un mois plus tard, Lola reconnaissait avoir tout inventé.

Face à sa fragilité psychologique, la justice avait décidé de ne pas la poursuivre pour dénonciation de crime imaginaire, délit passible de 6 mois de prison ferme. Mais elle a maintenu la procédure pour outrage. Lola avait en effet insulté un policier, l'accusant de se conduire comme un "enfoiré" à la place de rechercher ses agresseurs. Son avocat, Etienne Nicolau, a expliqué jeudi à France Bleu qu'elle avait "reconnu les faits qui lui étaient reprochés et qu'elle les regrettait". Elle n'a en revanche pas pu expliquer son mensonge.

Lire et commenter