Violente rixe en Haute-Corse : 5 blessés, dont un homme "harponné à deux reprises"

FAITS DIVERS
CORSE - Une rixe impliquant une dizaine de personnes a éclaté samedi soir sur la plage de Sisco, près de Bastia (Haute-Corse). Cinq personnes ont été blessées, dont une femme enceinte. Une centaine de policiers a dû intervenir. L'événement suscite des tensions à Bastia.

Cinq personnes ont été blessées lors d'une "violente rixe" samedi 13 août aux alentours de 18h30 à Sisco, une petite station balnéaire en Haute-Corse, à laquelle ont mis fin une centaine de policiers et gendarmes, selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

La rixe, qui a eu lieu dans la crique de Sisco, a initialement éclaté entre des personnes extérieures au village. En fin d'après-midi, un couple de vacanciers, habitués des lieux, est descendu avec ses enfants sur la plage. S'y trouvaient alors plusieurs familles musulmanes, quatre hommes et deux femmes, tous âgés de 35 à 45 ans, accompagnés d'enfants, dont l'un en bas âge. Cette dizaine de personnes, qui résident à Bastia, étaient venus faire de la pêche sous-marine, selon les pompiers joints sur place.

Arrivée en masse de riverains

Des enfants du premier groupe auraient ensuite tenté de prendre des photos des femmes "voilées", ce qui aurait provoqué des tensions et débouché sur des jets de pierres. Selon une femme, qui dit être un témoin oculaire, l'altercation avait pour origine "un touriste qui prend des photos du paysage" que des "Maghrébins [ont] insulté", a-t-elle tonné au mégaphone, lors d'un rassemblement de soutien aux victimes devant l'hôtel de ville de Bastia, le 14 août dans la matinée. 

EN SAVOIR +
>>  Les tensions intercommunautaires sont-elles vraiment en hausse ?
>>  Bastia (Haute-Corse) : vives tensions intercommunautaires après une rixe

Il n'est pas possible à ce stade de confirmer que l'une ou l'autre des parties était de nationalité étrangère. 

D'après Le Monde , des jets de cailloux et de bouteilles sont survenus de part et d’autre. Des témoignages convergents indiquent que ces accrocs violents ont suscité, le soir, l'arrivée en masse de riverains, appelé à la rescousse par des adolescents ayant assisté à la scène. La situation s'est envenimée et a dérivé en "échauffourée", au cours de laquelle un homme a été blessé par un fusil-harpon, un jeune homme s'est pris un dos de machette sur le crâne, et des jeunes ont été "caillassés". 

Sollicité dimanche par metronews, Guy Vecchioni, adjoint au maire de Sisco, explique s'être rendu sur place très vite, alors que la rixe n'était pas finie. Il décrit une situation très crispée. "Il m’a été impossible de passer et de discuter parce que trois ou quatre personnes, des Maghrébins, tiraient des pierres en direction de la route, où se trouvaient des jeunes. Je n’ai pas pu m’approcher en raison de la pluie de pierres", dit-il. 

Après l'arrivée des gendarmes, Guy Vecchioni affirme également avoir vu l’une des femmes "sortir un couteau et crever les pneus de plusieurs voitures".

Cinq blessés, dont une femme enceinte

Parmi les cinq blessés figure l'homme "harponné à deux reprises" et assez gravement atteint. Un second, son fils, a eu des points de suture sur la tête et souffre d’un traumatisme crânien. Le troisième est un membre du premier groupe originaire de Bastia. Une des épouses, une femme enceinte, a également été blessée.

La violence de la rixe a suscité des réactions virulentes en Corse, axées notamment sur la confession musulmane des protagonistes. Après un rassemblement de soutien aux victimes, le 14 août à Bastia, des protestataires se sont rendus dans le quartier de ces familles musulmanes, aux cris de "On est chez nous". 

Dans un communiqué diffusé dans la nuit du 13 août, Bernard Cazeneuve précise que les circonstances et les motifs de l'altercation doivent encore être établis par l'enquête. Les blessés ont été évacués vers le centre hospitalier de Bastia, qui est désormais sous la surveillance des CRS. 

Des voitures incendiées 

Les véhicules des personnes originaires de Bastia ont été retournés et brûlées par les riverains. Une  vidéo circulant sur les réseaux sociaux  montre qu'à la nuit tombée, leur présence était encore conséquente. "Trois véhicules ont été incendiés, provoquant de fortes perturbations de la circulation et un début de feu de végétation rapidement circonscrit", indique le communiqué de la place Beauvau. 

Le calme est revenu suite à l'intervention de cent policiers et gendarmes. Une plainte aurait été déposée auprès de la gendarmerie par le premier couple. La section de recherches d'Ajaccio a été saisie de l'enquête.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter