Vitres cassées et tags : à Lille, des militants vegans vandalisent une boucherie et une poissonnerie

Vitres cassées et tags : à Lille, des militants vegans vandalisent une boucherie et une poissonnerie

DirectLCI
NORD - En quelques jours, plusieurs commerces lillois ont été victimes de vandalisme de la part de militants vegans.

 "Notre collègue boucher s'est fait vandaliser sa boucherie par des terroristes de Vegans cette nuit. Mais que fais l'Etat ???" L’accusation est venue de la Fédération des bouchers charcutiers traiteurs du Nord, via un communiqué. La fédération ne décolère pas. Ces derniers jours, plusieurs commerces de bouche de Lille ont été la cible de vandalisme, vitres cassées et tags. En début de semaine, c’est une boucherie du centre-ville qui a été retrouvée avec les vitres cassées, et des inscriptions indiquant "Stop au spécisme".

Un groupe de gens aux allures de casseursLa gérante d'une poissonnerie

Vendredi, en arrivant au travail, la propriétaire d’une poissonnerie a découvert, elle aussi, d’imposants impacts de projectiles dans ses vitrines. "Nous sommes arrivés à 6h30, et on s'est aperçus que toutes les vitrines avaient été brisées et le volet roulant tagué", raconte Albane Haquette, propriétaire de la poissonnerie "Au Petit mousse", située près des halles de Wazemmes, confirmant une information de France 3 à l’AFP. "Nous avons regardé la vidéo surveillance et on voit un groupe de gens aux allures de casseurs, avec des capuches, gantés, habillés en noir, lancer des pavés", a rapporté la gérante.


Les inscriptions laissent peu de doute sur les auteurs des faits : "Stop au spécisme", est-il écrit dans les deux cas, en lettres jaunes, sur le volet roulant. Le spécisme, (du latin species l'espèce) est une idéologie qui postule une hiérarchie entre les espèces, notamment entre l'être humain et les animaux. L'anti-spécisme prêche donc le fait que animaux et humains sont égaux. Les militants porteurs de cette idéologie, les "vegans", ne mangent donc aucun produit animal ou en provenance d’animaux. Certains militants prônent même la violence ou, en tout cas, l’action d’éclat pour changer les mœurs. Dans leur ligne de mire : les boucheries, poissonneries, mais aussi tanneries, ou les vendeurs de cuirs.

Mais sur place, l’incompréhension est forte, chez les commerçants, ou les habitués. Cette poissonnerie réputée à Lille est installée depuis 25 ans dans le quartier mais venait d'emménager, il y a un an, dans son emplacement actuel. "C'est écoeurant, on ne fait que du poisson de petit bateau et de ligne, on est contre la pêche au chalut, la pêche électrique, on n'est pas une grande surface", s'indigne Albane Haquette. "On est en démocratie, chacun pense et mange ce qu'il veut, mais véhiculer une telle violence c'est moche".


Sur les réseaux sociaux aussi, le débat s’engage. "J'avoue être très secouée par tant de violence, c'est inacceptable de s'attaquer aux artisans comme ils le font !", écrit une Lilloise. "C'est une HONTE de s'attaquer aux commerçants comme ça", dit une autre. 


Sur Twitter, d’autres défendent le procédé.

Et le débat s'engage...

La commerçante va porter plainte, tout comme la boucherie "L'Esquermoise". La police est venue inspecter les dégâts et mène l'enquête, a indiqué une source policière. 


Le président (divers droite) de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand et la maire (PS) de Lille Martine Aubry se sont rendus sur place. Dans un communiqué mardi, Martine Aubry a dit sa "consternation" après "les actes de vandalisme (...) de la part de militants qui se disent vegan". Elle avait aussi indiqué que la mairie allait se constituer partie civile. Xavier Bertrand a lui aussi affiché son soutien face à ces "délinquants".

Dans un communiqué, le préfet du Nord Michel Lalande a lui assuré "suivre cette affaire avec la plus grande attention", rappelant aussi qu'au mois d'avril "sept boucheries de la métropole lilloise avaient été aspergées de faux sang".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter