Voiture-bélier contre une pizzeria de Sept-Sorts : le profil insaisissable du conducteur

DirectLCI
FAIT DIVERS- Au lendemain du drame de Sept-Sorts en Seine-et-Marne, où une voiture a foncé sur la terrasse d'une pizzeria, tuant une adolescente de 13 ans et en blessant gravement treize autres clients, on en sait déjà plus sur la personnalité du conducteur, qui habite la commune voisine de Ferté-sur-Jouarre.

L'audition se révèle très compliquée. Depuis qu'il a été interpellé lundi soir, le conducteur de la voiture qui a foncé sur la terrasse de la pizzeria Cesena à Sept-Sorts, tuant une jeune adolescente et blessant gravement plusieurs autres personnes, tient des propos incohérents aux enquêteurs, a confié ce mardi Eric de Valroger, le procureur adjoint de la République adjoint à Meaux. 


Le chauffeur, interpellé sur les lieux après qu'il a commis son geste fou, confie avoir consommé une quantité importante de médicaments, la veille, le dimanche 13 août. Toutefois, il n'était pas sous l'emprise d'alcool avant de passer à l'acte, selon les premiers résultats des analyses.


L'individu, âgé de 32 ans et domicilié à la Ferté-sous-Jouarre, a déclaré avoir ingurgité une plaquette d’Antarène (un antalgique) et un tube entier de Dafalgan codeiné dans le but de trouver le sommeil. Cet homme, qui avait été condamné en 2010 pour conduite sous l'empire d'un état alcoolique, a également expliqué avoir déjà fait une tentative de suicide sans donner plus de précisions sur les circonstances.

Il avait l'impression que les gendarmes enquêtaient sur lui

Mais c'est surtout "un délire de persécution", selon les propos du procureur adjoint, qui apparaît aux yeux des enquêteurs au fil de ses propos. Consommateur régulier de drogue depuis ses 9 ans, le suspect avait l'impression d'être suivi et observé et craignait que des gendarmes enquêtent sur lui. Au moment des faits, le conducteur explique qu'il était "hors de contrôle", ne parvenant pas à expliquer précisément son mobile. Mercredi, il a été déclaré pénalement responsable après un examen psychiatrique qui a conclu à l'absence d'abolition ou d'altération du discernement,

Selon le procureur adjoint, si ce Seine-et-marnais avait d'abord prévu de se rendre sur Paris, il aurait finalement choisi la pizzeria Cesena car "c'est un lieu facile d'accès, sans sécurité ni protection particulière". Selon le magistrat, celui qui exerçait la profession de vigile, jusquà ce qu'un accident de travail ne mette un terme à cette carrière, n'avait pas de contentieux avec le propriétaire du restaurant.

Il partait au travail toujours souriant, toujours content de nous voir"Isabelle, voisine du conducteur qui a foncé dans la pizzeria Cesena

De quoi brouiller encore un peu plus le profil de cet homme que ses voisins - que nous avons pu interroger - décrivent comme "sympathique et serviable" mais qui semblait connaître, ces derniers temps, "quelques soucis financiers". 


Il devrait être présenté mercredi après-midi à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen pour meurtre aggravé notamment, a ajouté Dominique Laurens, la procureure.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter