Meurtre d'Angélique : David R. est "conscient de la gravité des faits qui lui sont reprochés", selon l'avocat du suspect

DirectLCI
DÉFENSE - Après la mise en examen de David R. pour la séquestration, le viol et le meurtre d'Angélique, 13 ans, son avocat Me Eric Demey s'est exprimé sur LCI sur les premiers éléments de l'enquête et sur l'état de son client.

Dans la nuit de lundi à mardi, David R., 45 ans, a été mis en examen et placé en détention provisoire dans la nuit de lundi à mardi pour la séquestration, le viol et le meurtre, mercredi à Wambrechies près de Lille, d'Angélique, 13 ans, a-t-on appris auprès de son avocat.


Selon Me Eric Demey, la préméditation et la récidive légale n'ont pas été retenues. David Ramault avait été condamné en 1996 pour "viol avec arme sur mineure de moins de 15 ans", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence". Il avait alors été inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS), entraînant des obligations qu'il a "globalement suivies".


Sur LCI, il a affirmé que son client n'avait pas prémédité le viol et le meurtre de l'adolescente. "Une demi-heure avant de commettre les faits, il n'avait aucune intention criminelle", a-t-il dit sur l'antenne de LCI.

Lundi, Le procureur de la République de Lille Thierry Poquet du Haut-Jussé a livré le récit glaçant et détaillé du crime par David R. Sur LCI, Me Demey a critiqué la communication du procureur, notamment les détails révélés lors de cette conférence de presse : "J'ai trouvé ça malsain".

   

Sur notre antenne, Me Demay a rappellé qu'il n'était pas présent lors de la garde à vue de son client. Cependant, il pu le voir à son arrivée au palais de Justice. Il raconte avoir rencontré un homme "abattu, désemparé et perdu". "À plusieurs reprises, il a pleuré. Il a même évoqué le suicide. (...) Il est conscient de la gravité des faits qui lui sont reprochés", affirme-t-il, déclarant avoir rencontré un individu qui "n’est pas un monstre froid, calculateur".  


Angélique est morte par étouffement, selon la première autopsie. Mercredi à Wambrechies (Nord), elle avait volontairement suivi David R., un ancien voisin, chez lui. Mais elle avait tenté de s'enfuir lorsqu'il avait abordé des sujets de plus en plus intimes. 


Son corps avait ensuite été retrouvé samedi dans un bois de Quesnoy-sur-Deûle, près de Lille.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter