Yvelines : suicide d'un policier affecté à la protection de Bernadette Chirac

Yvelines : suicide d'un policier affecté à la protection de Bernadette Chirac

FAITS DIVERS
DirectLCI
DRAME - Un officier chargé de la protection de l'ex première dame de France a mis fin à ses jours lundi à son domicile. Un phénomène fréquent au sein de la police.

Un brigadier-chef du Service de la protection (SDLP), affecté à la protection de l'ex première dame Bernadette Chirac, a mis fin à ses jours lundi à son domicile, dans les Yvelines, selon Le Point . L'homme, âgé de 50 ans, se serait tué avec son arme de service.

D'après les informations recueillies par le magazine, il aurait laissé une lettre dans laquelle il explique que son geste est motivé par une séparation difficile avec sa conjointe. C'est le 52e agent de police à se suicider depuis le début de l'année.

Charge de travail

Les syndicats du secteur déplorent depuis plusieurs mois l'augmentation de la charge de travail au sein du Service de la protection, rappelle Le Point : "En cause, les protections de complaisance directement accordées par le cabinet du ministre de l'Intérieur sans respecter la procédure habituelle." L'ex président Jacques Chirac dispose de trois policiers assurant sa protection.

"Notre objectif premier est de préserver l'intégrité physique [de la personnalité]", raconte un officier de sécurité sur le site de recrutement de la police nationale . "Le second, de veiller à ce que le programme se déroule comme prévu. Cela suppose une préparation poussée (contact avec les ambassades, les polices locales, organisation des cortèges, etc.) et un sens de l'adaptation face à tout imprévu." L'accompagnement de la personne à protéger s'effectue en général 24 heures sur 24.

EN SAVOIR +
>> Bernadette Chirac en long, en large et en travers de la gorge
>> Jacques Chirac : les confidences inquiétantes de Bernadette

Sur le même sujet

Lire et commenter