Zoo de Thoiry : un rhinocéros abattu par des braconniers, Ségolène Royal saisit la justice

DirectLCI
YVELINES - L'animal, tué par balle, a été retrouvé mort mardi matin par des membres du personnel "extrêmement choqués". Les deux autres rhinocéros blancs, espèce extrêmement menacée, sont "sains et saufs" selon le parc zoologique qui va porter plainte. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a annoncé qu'elle saisissait le Procureur de la République de Versailles.

Une telle attaque dans un zoo ? C'est une première en Europe selon le parc zoologique de Thoiry, dans les Yvelines. Vince, un rhinocéros blanc de 4 ans, a été tué de trois balles dans la tête par une équipe de braconneurs venus lui dérober ses cornes. 


Les faits se sont produits dans la nuit de lundi à mardi et sont relatés par le directeur général du parc sur LCI, Thierry Duguet : "Quand notre soigneuse est allée s'occuper des rhinocéros, comme elle le fait tous les matins avant de les lâcher dans leur enclos, elle s'est aperçue que les portes qui fermaient leurs boxes étaient toutes fracturées. Elle a vu un rhinocéros étendu dans son box, elle a vu aussi l'une des cornes qui a été tronçonné et l'animal évidemment mort".

Un kilo de corne de rinhocéros est revendu 51.000 euros

La seconde corne de l'animal "n'a été que partiellement tranchée, ce qui laisse imaginer que les criminels ont été dérangés ou que leur matériel s'est révélé défectueux", poursuit le parc dans un long post Facebook. Les malfaiteurs ont toutefois pu agir "malgré la présence de cinq membres du personnel zoologique vivant sur place et de caméras de surveillance". Une enquête a été ouverte par la gendarmerie et le parc a déjà fait part de son intention de porter plainte. 


La piste s'oriente évidemment vers la revente de cornes qui font "l'objet d'un commerce illégal" en raison de "propriétés médicinales infondées", selon les responsables du domaine. "En 2015 sur le marché noir, 1 kilo de corne de rhinocéros était vendu 51.000 euros", précise le zoo qui rappelle qu'un arrêté du 17 août 2016 interdit "sur tout le territoire national et en tout temps" le transport à des fins commerciales, le colportage, l'utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l'achat de défenses et d'objets composés en tout ou partie d'ivoire des espèces d'éléphants ou de corne de rhinocéros. 

Ségolène Royal va saisir le Procureur de la République

Les deux autres rhinocéros blancs, Gracie, 37 ans, et Bruno, 5 ans, "ont échappé au massacre et sont sains et saufs".  "C'est un énorme choc pour tout le personnel du parc et pour l'ensemble de la profession", a ajouté Thierry Duguet sur LCI. Le rhinocéros blanc du Sud qui, après avoir frôlé l’extinction au XIXe siècle (seulement 20 à 25 animaux dans la nature), a vu ses effectifs remonter jusqu’à atteindre un peu plus de 20.000 individus dont 18.000 se trouvent en Afrique du Sud. 


"Il s’agit donc d’une sous-espèce extrêmement menacée pour laquelle la reproduction et la conservation en parcs zoologiques et sur le terrain est essentielle", précise le zoo sur sa page Facebook. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a annoncé en début de soirée dans un communiqué qu'elle saisissait le Procureur de la République de Versailles, et qu'elle allait demander aux autres pays européens d'interdire tout commerce d'ivoire d'éléphant et de corne de rhinocéros au niveau européen, comme c'est déjà le cas en France. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter