Comment grandir dans l’ombre écrasante d’un parent ?

Famille
DirectLCI
PSY SHOW - Les récentes confessions d'Alain-Fabien Delon sur ses relations avec son père soulignent la difficulté pour certains enfants de stars de s'épanouir face à l'image publique de leurs parents. Quand un enfant grandit dans l'ombre d'un parent imposant, célèbre ou pas, peut-il réellement s'en affranchir ?

"J'ai peur de lui parce qu'il est grand, imposant. C'est mon père. C'est Alain Delon. C'est mon père mais c'est aussi Alain Delon", confiait Alain-Fabien Delon en 2012 dans l'émission "Sept à Huit". On le sait, les relations entre le père et le fils n’ont pas toujours été tendres, rappelant à quel point le fait d'être enfant de star constitue un fardeau épouvantablement ambivalent. 


"La célébrité ne doit pas faire oublier au père ou à la mère qui en bénéficie (ou en souffre) qu’il ou elle a un enfant, remarque auprès de LCI Chantal Rolland, psychothérapeute et fondatrice du magazine Tepaseul. Car, au-delà des apparats, cette relation filiale reste primordiale. C’est donc au parent, en dépit d’un agenda de ministre, de faire en sorte de manifester de l’intérêt pour son enfant, lui inculquer des valeurs, lui montrer qui il est réellement. Et quand je dis 'réellement', c’est se montrer faible dans des vrais moments de vie que l’on a tous, se mettre à nu, en position de faiblesse, loin de l'image publique amidonnée."

Si l’enfant est mal dans sa peau, c’est dû à l’ego démesuré de l’adulte. Chantal Rolland, psychothérapeute

Il faut donc faire vivre cette intimité "imparfaite" à l’enfant, montrer que la gloire ne rend pas infaillible, gratter le vernis des apparences pour que cette célébrité médiatique se vive mieux : "Lorsque l'enfant aperçoit maman ou papa maltraité dans les magazines people, le cocon familial va protéger l’enfant de cette image publique, fatalement artificielle", poursuit-elle. 


Mais les stars sont loin d'être les seules à pouvoir avoir des difficultés à concilier contingences professionnelles et relation avec leur enfant : n'importe quel parent peut éprouvé de la culpabilité à l'idée de ne pas être assez présent à la maison. Dans ce cas, la psychothérapeute martèle qu’il faut donner encore plus de valeur aux moments passés ensemble : "Que vous soyez connu ou pas, lorsque vous êtes en présence de l’enfant, il faut le valoriser, lui faire comprendre qu’il passe avant votre métier, mais dans le même temps, aussi, que vous avez besoin de ce métier, que vous l’aimez." En somme, il faut trouver un équilibre juste, tout en redoublant d'intensité dans les interactions.

Les ravages de la compétition parent-enfant

Si certains métiers de parents peuvent être sources de souffrance chez l'enfant, on note toutefois que, souvent, l’enfant choisit la même voie. Comment expliquer, par exemple, que des écorchés vifs comme Guillaume Depardieu ou Alain Fabien Delon fassent le même métier que leurs parents, tout en revendiquant le fait d'en avoir souffert ? "Ce serait aller vite en besogne que de voir dans cette trajectoire un besoin vital de faire le même métier que son parent pour se rapprocher de lui, répond Chantal Rolland. On oublie en réalité que l’enfant peut aussi avoir un don transmis par les parents – c’est le cas pour Thomas Dutronc. Il y a aussi et surtout la jubilation que l'enfant a vu dans l'exercice du métier de son papa ou sa maman". Par ailleurs, ajoute-t-elle, "pour sortir du contexte des stars, quand vous êtes médecin, journaliste ou notaire, vous obtenez plus facilement un stage pour votre enfant en fonction de votre métier, vous lui mettez inconsciemment un pied à l’étrier, vous lui ouvrez plus facilement les portes..."

Chez les stars, vous avez une majorité d'enfants bien dans leur peau, tout simplement parce que leurs parents ont entretenu des relations saines et normales avec eux.Chantal Rolland, psychothérapeute

Mais est-ce réellement une bonne chose pour l'enfant de chercher à reproduire ce que fait le parent ? "Là où cela devient dramatique, précise la psychothérapeute, c’est lorsqu'il s'instaure une compétition entre l’enfant et le parent, soit une volonté d’être le ou la meilleur/e pour se faire aimer. Souvent, si l’enfant est mal dans sa peau, c’est dû à l’ego démesuré de l’adulte. Mais cela reste des cas très marginaux, minoritaires, comme des appels à l’aide, des preuves flagrantes d'un manque d'amour. Chez les stars, la caisse de résonance est plus forte qu'ailleurs. Les Depardieu et autres Delon prennent beaucoup de place dans les médias, mais ils sont le reflet d'une difficile communication, d'un acte manqué dans le lien parent-enfant et d'un besoin de réparation."


Bref, star ou pas, la clé de l’éducation et de l’amour reste la même pour tous : l'épanouissement du parent doit aller de pair avec - et non pas s'exprimer au détriment de - celui de l'enfant. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter