A-t-on le droit d'imposer un régime vegan à son enfant ?

Famille

Toute L'info sur

Vegan : de la tendance au mode de vie

ALIMENTATION - Peut-on faire suivre un régime vegan à des enfants en bas âge ? "Non", répond l'Académie royale de médecine de Belgique, dans un avis rendu le 16 mai, qui met en garde contre les dangers de ce type d'alimentation pour les plus jeunes. Des sanctions sont même à l'étude pour les parents récalcitrants.

Pour bien grandir, un enfant a-t-il vraiment besoin de viande et de poisson ? Alors que 3% des enfants belges suivent un régime vegan, le débat fait fureur chez nos chers voisins, notamment face à une multiplication de cas d'enfants malades à cause de ce type d'alimentation dénué de tout produit d'origine animale (œufs, produits laitiers, viande…).

Le sujet est d’autant plus d’actualité qu’en février dernier, en Floride, un couple vegan a été arrêté parce que son bébé de cinq mois était dans un état critique : il n’avait pris que 400 grammes depuis sa naissance. Et pour cause, ses parents ne l’avaient nourri qu'avec de la purée de pomme de terre… Que dire aussi de cet autre fait divers à l’issue plus dramatique : en 2017, un couple belge avait perdu son bébé de sept mois parce qu’il avait choisi de le nourrir exclusivement de laits végétaux. 

Face à de tels cas, l'Académie royale de médecine de Belgique a tranché en déclarant dans un avis rendu le 16 mai que le régime vegan était "inadapté et donc non recommandé pour les enfants à naître, les enfants et les adolescents, de même que les femmes enceintes et allaitantes", rapporte Le Soir.

Lire aussi

En vidéo

Végan : une mode qui rapporte gros

Certains développements doivent se faire à un moment précis de la vie et s’ils ne se font pas, c’est irréversible. On doit expliquer aux parents avant de contraindre, mais on ne peut plus tolérer cette mise en danger.- Georges Casimir, pédiatre à l'Hôpital des enfants de Bruxelles

Le professeur Georges Casimir, pédiatre à l’Hôpital des enfants de Bruxelles et rapporteur de la commission nommée par l’Académie royale de médecine, considère même qu’imposer un régime aussi strict à son enfant peut s’apparenter à des mauvais traitements : "Lorsqu’on est enfant, le corps fabrique notamment des cellules cérébrales. Cela implique des besoins plus importants en protéines et acides gras essentiels. Le corps ne les produisant pas, il faut les lui apporter via les protéines animales", déclare-t-il dans le quotidien belge. Avant de conclure : "Certains développements doivent se faire à un moment précis de la vie et s’ils ne se font pas, c’est irréversible. On doit expliquer aux parents avant de contraindre, mais on ne peut plus tolérer cette mise en danger".


Et que dire des carences nombreuses observées avec ce type de régime ? Les médecins pointent notamment des insuffisances en vitamine B12, vitamine D, calcium, fer, zinc, ou iode, essentiels pour la croissance des enfants, "ce qui nécessiterait des supplémentations et des contrôles fréquents, passant notamment par des prises de sang régulières". Ce qui est inconcevable pour les Sages de l'Académie royale de médecine, qui trouvent "anormal de devoir médicaliser un enfant né en bonne santé". "Ce concept d'alimentation s'apparente à une forme de traitement qu'il n'est pas éthique d'imposer à des enfants", stipule leur avis. Résultat, Bernard Devos, le délégué belge aux droits de l’enfant, réfléchit désormais à un possible retrait de la tutelle "à des parents qui s'obstineraient à faire suivre ce régime à leurs enfants".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter