Changement d'heure, baisse de luminosité, premiers frimas... Comment lutter contre la fatigue automnale des enfants ?

Famille

CREVÉ - Chaque année, c'est la même chose : à l'approche des premiers frimas, votre enfant montre des signes de fatigue. La faute au passage à l'heure d'hiver - qui intervient cette fois dans la nuit du 26 au 27 octobre -, mais pas que. Les jours qui raccourcissent et les premiers virus y sont aussi pour quelque chose. Explications.

"Beaucoup de bruit pour rien". Voilà résumé en quelques mots la façon dont François Testu, le président de l'Observatoire des Rythmes et des Temps de vie des Enfants et des Jeunes (ORTEJ), qualifie les controverses récurrentes autour du passage à l'heure d'hiver, programmée cette année dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 octobre (à 3h, il sera 2h). Nombreux sont en effet les parents qui s'inquiètent de ses effets néfastes, notamment sur les tout-petits. Et bien, rassurons-nous, il n'en est rien. 

"Une heure de glissement ne procure absolument aucun effet. Il faut totaliser au moins trois heures de décalage pour commencer à détecter des effets comme la fatigue, un mauvais sommeil et quelques troubles de l’humeur", affirme à LCI le spécialiste. "On ne peut donc en aucun cas avancer un argument scientifique quant à un quelconque impact sur la santé. Il faudrait effectuer des études épidémiologiques conséquentes pour obtenir des réponses fermes et catégoriques", ajoute-t-il pour mieux enfoncer le clou.

Lire aussi

Des enfants plus fragiles

Tout au plus, votre bambin pourra simplement avoir son sommeil  quelque peu perturbé, "avec une légère désynchronisation de ses rythmes habituels. Mais cela reste vraiment à la marge", avance François Testu. "Cela dépend des enfants : certains vont être plus sensibles que d'autres, notamment les gros dormeurs qui ont besoin d'avoir leur compte de sommeil". Si toutefois votre enfant rechigne à aller au lit (avec une heure d'avance), il faudra faire preuve d'un peu de patience et de soutien, mais inutile pour autant de modifier son emploi du temps. "Il faut qu'il reste le plus proche possible de celui d'avant. Et progressivement, en deux ou trois jours maximum, il va retrouver son rythme. Par ailleurs, et c'est une chance, cette période de transition arrive pendant les vacances scolaires", rassure-t-il.

En revanche, et c'est là où le bât blesse, ce changement d'heure survient à un moment de l'année où votre progéniture est beaucoup plus fragile. "Et là, nous possédons des données épidémiologiques pour le confirmer, ironise notre expert. Il y a en effet un changement de rythme à l'automne qui n'existe pas à d'autres saisons. Résultat, les enfants sont moins attentifs et plus fatigués. Cela s'explique notamment par une forte baisse de la luminosité. Or, la lumière joue un rôle dans la régulation de notre horloge biologique et contrôle plusieurs fonctions comme l'alternance veille/sommeil et la sécrétion de certaines hormones", analyse François Testu. Au point d'être sujet à la fameuse déprime saisonnière ? "Non, les enfants ne vont pas ressentir les choses comme ça", répond sans ambage le président de l'ORTEJ. "Pour eux, la baisse de régime sera plus physique que psychologique, avec surtout des problèmes de vigilance et de résistance physique". 

Lire aussi

Ne pas négliger les vacances de la Toussaint

Conséquence, l'automne est une période où les enfants vont avoir moins de résistance face aux agressions extérieures, avec son lot de grippe, de gastro et autres bronchiolites. Pour François Testu, un seul mot d'ordre pour parer à ces inconvénients : "il faut laisser les enfants souffler !", insiste-t-il. 

Et s'il y a bien une période de vacances qu'il ne faut pas négliger, ce sont bien celles de la Toussaint. "C'est en effet une pause indispensable. Et deux semaines ne sont pas de trop - malgré ce que certains peuvent dire -. Il faut une semaine pour se déshabituer de son emploi du temps scolaire et une autre pour en profiter pleinement et repartir gonflé à bloc. Par ailleurs, il faut privilégier les aliments contenant de la vitamine C ( cela tombe bien, c'est la saison des agrumes) et surveiller que son enfant ait un nombre d'heures suffisant de sommeil".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter