Consultation psy #19 - Retour en classe le 11 mai : comment rassurer les parents et les enfants

Consultation psy #19 - Retour en classe le 11 mai : comment rassurer les parents et les enfants
Famille

CONSEILS - Les élèves reprendront donc les cours le 11 mai. Mais avant cela, il va falloir rassurer les parents que leurs enfants ne soient pas en danger. Et que ces mêmes parents rassurent également leur progéniture. L'éclairage de Hélène Romano, psychothérapeute.

Oui pour la maternelle, le primaire et le secondaire, non pour l’enseignement supérieur. La reprise progressive des cours le 11 mai n’est pas sans poser question. Nombreux sont les parents à ne pas comprendre pourquoi les plus jeunes doivent reprendre si vite alors que les étudiants attendront donc septembre. 

Par ailleurs, nous savons tous que l’ergonomie du cadre scolaire n’est pas du tout conçue pour limiter les épidémies : en classe, les élèves sont assis à coté les uns des autres ; pendant les récréations, ils se regroupent inévitablement, comme à la cantine. Et envisager le geste barrière fondamentale qu’est se laver les mains nécessiterait qu’il existe du savon et des serviettes jetables pour s’essuyer les mains, ce qui est très loin d’être le cas dans nombre de toilettes scolaires. D’autres se demandent si ce retour est envisagé pour les enfants ou surtout pour permettre aux parents de reprendre le travail. Ils  s’interrogent donc sur le fait que les têtes blondes n’aient pas les mêmes garanties de sécurité que les adultes.

Ces dissonances sont, psychiquement, insécurisantes. L’inquiétude des parents est donc compréhensible et liée à ce décalage entre la réalité matérielle de ce qu’ils connaissent et toutes les informations transmises depuis des semaines par les autorités sanitaires. Faire cours avec un masque apparaît également difficilement réalisable sur une journée. Or pour être rassurants pour leurs enfants, les parents doivent être rassurés. Sinon, nous risquons une épidémie de troubles anxieux scolaires, autrement dit la phobie scolaire.

Globalement, le retour en classe est un signe positif, car la vie d’un enfant et d’un adolescent, c’est aussi sa vie d’élève. L’importance va donc être pour le ministère de l’Éducation Nationale d’apporter aux parents des garanties sur des aménagements inévitablement nouveaux (en particulier dans les classes). Et les parents pourront exiger des garanties via les associations de parents d’élèves et le CESC (Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté) pour que leurs enfants ne soient pas exposés à un risque déraisonnable de contamination. Car le risque zéro n’existe pas et ce virus, comme tant d’autres, continuera d’être malheureusement présent. C’est aussi cela qu’il va nous falloir accepter pour reprendre le cours de notre vie et redonner confiance en la vie à nos enfants.

Lire aussi

Toute l'info sur

Nos conseils face au confinement

Consultation psy #28 - Ne pas se toucher, ce n’est pas humain !Consultation psy 27 - Travail, logement, conjoint... Vous avez envie de tout changer ? C'est normalConsultation psy#26 : que faire face à "la peur du déconfinement" ?

Il va être aussi essentiel de comprendre que les enfants qui ont été confinés pendant des semaines ne pourront pas reprendre "comme si de rien n’était" les cours le 11 mai. Certains risquent d’être agités, anxieux, difficilement mobilisables pour les apprentissages, fatigués (en raison des effets du stress). Il y aura d’inévitables décalages entre ceux qui auront pu travailler, car aidés par leurs parents et les autres enfants qui auront passés des semaines derrière leurs écrans ; entre ceux qui auront été endeuillés et ceux qui auront été préservés. La patience des enseignants (eux-aussi inévitablement transformés par cette épreuve du confinement), va être essentielle.

Expliquer à son enfant qu’il peut aller à l’école en toute sécurité serait lui mentir, la vie est faite aussi de choses difficiles. En revanche, lui rappeler l’importance de se laver les mains autant de fois que possible, lui expliquer que l’on peut établir des relations avec ses camarades sans se coller l’un à l’autre fait partie des pistes pour lui permettre de reprendre confiance en la vie. Et l’école fait partie intégrante de la vie d’un enfant. L’objectif va donc être de tout faire pour rassurer, protéger et restaurer la confiance pour que nos enfants puissent se réinscrire le plus positivement possible dans la vie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent