David Beckham embrasse (à nouveau) sa fille de 7 ans sur la bouche : est-ce que ça pose problème ?

Famille

SMACK - Une nouvelle photo montrant David Beckham en train d'embrasser sur la bouche Harper, sa fille de 7 ans, lors du quart de finale de l'Angleterre à la Coupe du monde féminine de football, attendrit les uns, offusque les autres. Sans vouloir jouer les gazelles pudiques, est-ce bien raisonnable ? Un pédopsychiatre et un sociologue nous répondent.

David Beckham était au Havre jeudi soir pour assister avec sa fille Harper (7 ans) au quart de finale de la Coupe du monde féminine de football opposant la Norvège à l'Angleterre. Et re-belote, père et fille ont été photographiés en train d'échanger un nouveau bisou, preuve que le mari de Victoria Beckam se moque bien des polémiques et des critiques concernant le fait qu'il embrasse sa fille sur la bouche. 

Comme lui, sa compagne, mais aussi la chanteuse Hillary Duff ou l'actrice Jessica Alba, ont fait réagir sur les réseaux sociaux en affichant cette pratique. Alors, est-ce que Françoise Dolto avait raison de dire qu'"une maman n'embrasse pas son enfant sur la bouche, un père non plus", et donc de poser bien avant tout le monde la question du consentement ? 

Selon le pédopsychiatre Jean-Luc Aubert, contacté par LCI, "le baiser est une chose, l'intention qui est derrière en est une autre" : "On peut bien sûr avoir des rapports affectueux avec son enfant, on peut en faire montre de manière multiple et variée. Mais dans notre socio-culture, embrasser sur la bouche est rattaché à une relation amoureuse. Je pense donc qu'il vaut mieux l'éviter avec son enfant." 

Quand le baiser devient une "tradition familiale"

De quoi donner raison à une future mère qui, en se confiant sur un forum, soulève une vraie problématique "familiale" : "Actuellement enceinte de deux mois, je commence a me questionner sur quelque chose qui vous paraîtra peut être ridicule, mais qui me gêne : dans la famille de mon mari, ils s embrassent tous sur la bouche. Pour eux, c'est naturel, mais pour moi, ça ne l'est pas et je ne veux pas que mon bébé soit embrassé sur la bouche par son papa, ou pire encore par sa grand-mère !" 

Si le bisou sur la bouche correspond comme dans ce cas à une tradition familiale, que répondre ? "Là encore, c'est l'intention qui compte. S'il y a des traditions familiales, s'il n'y a aucune arrière-pensée derrière, cela ne pose évidemment aucun problème, estime Jean-Luc Aubert. Si dans la culture familiale, ça continue à se faire, cela ne pose pas de réel problème. Arrivé à l'adolescence, c'est l'enfant qui va dire à ses parents d'arrêter de l'embrasser sur la bouche, parce qu'à ce moment-là, le baiser aura une autre signification pour lui. Une preuve supplémentaire que dans l'imaginaire, dans l'inconscient collectif, le bisou sur la bouche est rattaché à la relation amoureuse." 

Dans le cas de David Beckman, qui a déjà lui-même posté sur Instagram des photos de baiser avec sa fille, celles-ci peuvent autant être vues comme une petite provocation à l'égard des "haters" qui critiquent son comportement que comme un geste simplement affectueux, publiquement affiché, donc sans arrière-pensée. "Si une famille perpétue cette tradition du baiser sur la bouche, il n'y a qu'elle que cela regarde, mais cela n'a pas à être véhiculé sur les réseaux sociaux", considère toutefois le pédopsychiatre. "Les autres, étrangers au cercle familial, pourront trouver ça choquant et se permettre des réflexions qui, pour le coup, pourront blesser l'enfant, très sensible à ce qu'on dit de lui." 

Lire aussi

Le regard des autres

Le sociologue Michel Fize, également sollicité par LCI, est sur la même longueur d'onde. Selon lui, il faut avant tout demander à l'enfant comment il reçoit ce geste d'affection : "Est-ce réellement sain pour lui ? Je ne le crois pas. Déjà parce que les enfants considèrent de manière générale le baiser sur la bouche comme dégoûtant, mais aussi parce que ce geste reste équivoque, a fortiori dans leur esprit : comment les prémunir contre les contacts pressants de proches malveillants ? En cela, un parent qui fait des bisous à sa fille ou à son garçon de 12-13 ans, ce serait franchement déplacé." 

Le sociologue interroge surtout cette volonté de mettre des photos d'un enfant dans des situations aussi intimes sur les réseaux sociaux, souvent des fins de valorisation personnelle : "Au-delà de ce type de comportement que chacun goûte selon sa culture et sa sensibilité, je crois qu'il faut rappeler aux parents que les réseaux sociaux ne sont pas des journaux intimes. Ce sont des livres ouverts que beaucoup de monde peut voir. Ainsi, ces photos peuvent être détournées à des fins malhonnêtes. Les parents oublient que le corps de l'enfant est une chose sacrée qui lui appartient. On doit en rester à des gestes d'affection classiques. D'autant qu'embrasser sur le bouche, c'est non conforme à la prise nécessaire d'autonomie, au besoin de prendre ses distances par rapport aux enfants. Ça ne les aide pas à faire leur Œdipe. C'est aux parents d'éduquer les enfants et non l'inverse. C'est donc aux parents de montrer les limites."

Lire et commenter