David Beckham suscite le débat en embrassant (encore) sa fille sur la bouche : un geste à proscrire ?

Famille
DirectLCI
CONTROVERSE – Le footballeur britannique suscite à nouveau le débat sur les réseaux sociaux après avoir posté sur Instagram une photo de lui embrassant sa fille de 7 ans, Harper, sur la bouche. Que penser de cette pratique, affectueuse pour certains, malsaine pour beaucoup d'autres ? Qu’en pensent les pédopsychiatres ?

Un moment de complicité avec en toile de fond des décorations de Noël. Sur la photo, deux personnes s’embrassent, sur la bouche. Tout ce qu’il y a de plus classique, a priori. Et pourtant, le cliché que le footballeur David Beckham a posté mardi sur Instagram a enflammé les réseaux sociaux. Car la personne qu’il embrasse, n’est pas sa femme, mais sa petite fille de 7 ans, Harper.


Et dans les commentaires, la photo a relancé un débat, pas nouveau mais toujours là, chez les internautes : peut-on, doit-on, embrasser son enfant sur la bouche ? Ce geste est-il tendre ou profondément malsain ?

Ce n'est pas la première fois que l'ex-star du football s'affiche ainsi sur les réseaux sociaux. En juin 2017, alors que sa fille était âgée de 5 ans, il avait posté une photo similaire prise lors d'un safari en Afrique.

Les psys pour des limites claires entre parents et enfants

Dans la lignée d’une Françoise Dolto, la plupart des pédopsychiatres ou psychiatres prêchent pour des frontières très strictes entre les parents et les enfants. "Une maman n'embrasse pas son enfant sur la bouche, un père non plus", écrivait la psychanalyste. "Et si l'enfant joue avec cette idée ? Il faut l'embrasser sur la joue et lui dire : mais non ! Toi je t'aime bien ; lui, je l'aime. Parce que c'est mon mari - ou parce que c'est ma femme."


C’est aussi la position de Béatrice Copper-Royer, spécialiste des enfants et des adolescents, que nous avions interrogée lorsque David Beckham avait posté son premier cliché de bisou sur la bouche de sa fille. Pour elle, la symbolique de ce geste ne peut être pas être niée : le baiser sur la bouche est celui d’un baiser d’amoureux. "C’est une question de culture", soulignait-elle. "Il y a des cultures où cela se pratique sans arrières pensées. Mais dans la nôtre, embrasser un enfant sur la bouche, ce n’est pas mettre l’enfant à sa place, c’est mettre tout le monde à la même place." Embrasser son enfant sur la bouche, reviendrait donc à lui envoyer un message peu clair... et fait que le petit ne perçoit plus bien sa place dans la famille. D’autant que, estimait la psychologue, "l’enfant sait très bien qu'il s'agit d'un bisou d’amoureux."


Il va d’ailleurs, parfois, entre 3 et 5 ans et donc en plein complexe d’Œdipe, rechercher ce geste intime : "Il est du rôle des parents de poser les limites, de les remettre à leur place", notait Béatrice Copper-Royer. "Car en laissant faire, les parents laissent planer un climat incestueux, ou en tout cas un climat où la place de chacun n’est pas très claire. C’est important de signifier aux enfants les différences de génération, et le fait que dans un rapport père-mère-enfant, il n’y a pas de mélange. Entretenir le flou, c’est ne pas faire passer les messages clairement, alors que ça renvoie à la pudeur, à l’intimité, voire au tabou de l’inceste." 

Signe d'un refus de séparation ?

D’autres psychanalystes mettent en avant "l’aspect érogène" de la bouche. "On doit éviter d’embrasser son enfant sur la bouche, car cela lui procure une excitation qui n’est pas la bienvenue", estimait en 2015 la psychanalyste Catherine Bergeret-Amselek sur Parents.fr. "L’enfant reçoit dans cet échange de baiser parental une excitation trop forte, invisible sur l’instant qui reste encryptée dans une sorte de mémoire du corps et c’est plus tard qu’elle peut avoir des effets négatifs, notamment dans l’installation du complexe d’Œdipe et sa résolution."


Investir cette partie du corps de l’enfant, de la part d’un adulte, ne serait d’ailleurs, pas anodin. Comme une façon du parent, en refusant de poser des limites, de garder un lien très – trop ? – fusionnel avec son enfant : "On est dans la transgression", indique la psychologue Syrine Slim sur Magicmaman.com. "Le parent s’approprie en quelque sorte le corps de l’enfant. Le bisou sur la bouche peut alors être le signe d’un refus de séparation avec bébé, une manière de marquer l’enfant."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter