Des vélos-bureaux pour canaliser les élèves : l’expérience prometteuse d’un collège de l’Allier

Des vélos-bureaux pour canaliser les élèves : l’expérience prometteuse d’un collège de l’Allier
Famille

Toute L'info sur

École : on n’a pas encore tout essayé

ÉDUCATION - Plusieurs écoles de France ont équipé leurs classes de bureaux-vélos destinés à aider les enfants à se concentrer. Dans un collège de l’Allier où le dispositif est expérimenté depuis la dernière rentrée, "le retour est très positif".

C’est une arme pour le moins originale contre l’inattention en classe : les vélos-bureaux. De Toulouse à Châlons-sur-Saône, plusieurs établissements scolaires de France expérimentent actuellement ce dispositif pour remettre en selle la concentration des élèves. Et les tests semblent concluants à en croire l'expérience menée depuis la rentrée dernière dans un collège de l’Allier, à Lapalisse et rapportée par nos confrères de l'AFP. 

Les quatre vélos-bureaux qui y ont été installés dans différentes classes au retour des vacances de la Toussaint, un pour chaque niveau de la 6e à la 3e, ressemblent à des vélos d'appartement. A ceci près qu’ils sont équipés de quatre roulettes pour plus de mobilité, et d'une tablette réglable à la place du guidon, qui permet d'écrire et de poser cahiers et stylos. Les élèves, qui s’inscrivent en début de cours s’ils veulent s’y asseoir, y prennent place tour à tour. Et ça marche selon une professeure d'anglais  : selon elle, ceux qui l'utilisent "sont souvent des élèves un petit peu agités", et à chaque fois "ils sont productifs". "Ça nous fait bouger et puis c'est bien, parce qu'on est en hauteur et les autres ne nous gênent pas, on voit mieux les profs", assure de son côté un élève.

Lire aussi

Un vélo magique ?

Il s'agit de "permettre aux élèves agités, en difficulté pour suivre le cours et qui vont gêner leurs camarades, de pouvoir canaliser leur énergie pour être disponibles", explique à l'AFP Franck Boussahba, le principal de ce petit établissement rural qui accueille 339 élèves. Une "alternative aux sanctions, retenues ou exclusions", selon lui. Les professeurs, libres de décider de l'emplacement du vélo dans leur classe et de la rotation des élèves, "se sont totalement emparés du dispositif", se félicite-t-il, assurant que "le retour est très positif" : "Ils se sont rendus compte que le vélo avait pris sa place au bout d'une semaine. C'est comme s'il avait toujours été là". 

Ce dispositif aurait-il des vertus magiques ? "Il est un peu tôt pour le dire, mais l'effet apaisant se répercute sur la classe, comme si ça faisait redescendre la pression en ramenant le calme, c'est quelque chose qu'on n'attendait pas du tout", déclare également le principal. "Certains élèves disent qu'après avoir fait 20 minutes de pédalage, cet effet bénéfique, ils le retrouvent les heures suivantes", ajoute-t-il. Déjà, il envisage de commander de nouveaux vélos-bureaux pour la rentrée prochaine.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent