Élève menacée de renvoi à cause de ses cheveux bleus : quels looks sont proscrits au collège et au lycée ?

Famille

ÉCOLE - Jean troué, tee-shirts trop courts, taille des jupes... chaque établissement scolaire a ses interdits en matière de tenue vestimentaire. Et ça ne s'arrête pas là. Ainsi, en Indre-et-Loire, une collégienne de 13 ans a risqué l'expulsion parce qu'elle arborait des cheveux teintés de bleu lors de la rentrée des classes. Quel look les enfants ont-ils le droit d'avoir ? On a posé la question au rectorat de Paris...

Si votre ado a soudainement envie de se colorer les cheveux en rose pour se rendre au collège, histoire de suivre les tendances du moment, qu'elle se ravise. La faute au sacro-saint règlement intérieur censés régir les établissements scolaires. Une élève de 4ème d’un collège d'Indre-et-Loire en a fait les frais : comme le rapporte La Nouvelle République, elle a failli être expulsée le jour de la rentrée des classes parce qu'elle arborait des mèches de cheveux bleus. Après un premier rappel à l'ordre lui intimant de les couper, le principal a ensuite menacé l'adolescente de renvoi si elle s'obstinait à garder sa chevelure colorée. 

Une intimidation dictée par ledit règlement de ce collège - appliqué ici à la lettre -, indiquant que "les tenues vestimentaires des élèves ne doivent pas suivre les effets de mode". Cette décision quelque peu radicale a rapidement indigné les associations de parents d’élèves, ainsi que la mère de l’adolescente. Cette dernière affirmant qu’elle n’avait pas eu vent, ni sur papier, ni sur internet de ces restrictions, raconte encore le quotidien régional. Une solution a néanmoins été trouvée : la collégienne a pu continuer à aller en classe à condition de s’attacher les cheveux. 

Ce n'est pas la première fois cette année que la couleur des cheveux des élèves fait débat. Déjà, en janvier, un établissement privé catholique de Créteil, dans le Val-de-Marne, avait interdit à ses élèves de se présenter en cours avec des mèches colorées. Ces "manifestations capillaires" étant jugées comme "des fantaisies, voire des extravagances qui ne sont pas adaptées au cadre scolaire". 

Lire aussi

Têtes découvertes et pas de tenues "trop" courtes

"Les règles précisent que les élèves doivent avoir une tenue correcte et décente". Voici peu ou prou ce que dit le rectorat de Paris, contacté par LCI. Encore faut-il savoir ce que l'on admet sous cette terminologie : "Quant à la vérification de ce qu'est une tenue décente, c'est au niveau de l'établissement que cela se joue", indique le rectorat qui explique, par exemple, que s'il s'agit d'un lycée professionnel, le proviseur peut exiger de ses élèves une tenue qui soit en cohérence avec la profession vers laquelle ils se dirigent. 

Résultat, un gros flou existe quant à savoir avec précision ce qu'un élève a le droit ou non de mettre dans l'enceinte scolaire. Ainsi, certains établissement accepteront le port du jean troué quand d'autres trouveront ça inacceptable. Seule certitude, quelles que soient la mode ou la saison, une tenue vestimentaire simple, propre, décente est exigée. 

Dans les faits - après avoir sondés plusieurs  collèges à Paris et en région parisienne -, un certain nombre d'interdits reviennent tout de même en boucle : "Les pantalons déchirés et les tenues de loisirs (shorts, bermudas de plage, tongs, mini-jupes, tee-shirts "trop" courts, trop échancrés, dos dénudés...) sont à proscrire. Les teintures et coupes de cheveux excentriques ne sont pas autorisées (crânes rasés, coupes iroquoises...). Les casquettes, capuches, bonnets et autres couvre-chefs sont interdits à l'intérieur des locaux ainsi que pendant les cours et dans les activités extérieures ou sorties EPS sauf prescription de l'enseignant, prescription médicale ou en cas de fortes chaleurs...", stipulent les règlements intérieurs. 

Autre bête noire, les tenues provocantes. Ainsi, au collège Jean Macé de Suresnes  dans les Hauts-de-Seine, "aucun sous-vêtement ne doit être visible. Dans le cas contraire, ce type de tenue pourra faire l'objet d'un appel aux parents voire d'une punition", est-il écrit dans les règles de vie. Une chose est sûre, pour éviter tout litige, chaque parent est invité à lire méticuleusement, avant de le signer, le règlement intérieur remis le jour de la rentrée dans le carnet de correspondance de son enfant.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter