Fautes d'orthographe : les jeunes qui utilisent les réseaux sociaux n'en font pas plus que les autres

Fautes d'orthographe : les jeunes qui utilisent les réseaux sociaux n'en font pas plus que les autres
Famille

ÉTUDE - Celui qui a les yeux qui piquent à chaque fois qu'il découvre un "Tu fé koi ?" sur les réseaux sociaux aura certainement du mal à y croire. Et pourtant... Selon une étude menée par le projet Voltaire, les 15-24 ans qui utilisent régulièrement Facebook, Twitter ou Instagram, n'écrivent pas plus mal que les autres, au contraire. Explications...

Fautes grammaticales, de liaison, de syntaxe, tics de langage, expressions inappropriées, jargon adolescent...: alors que les réseaux sociaux révèlent des manières d'écrire parfois très aléatoires, le projet Voltaire a mené l'enquête auprès des jeunes. La langue française y est-elle à ce point malmenée ? 

Pour répondre à cette question, ce site de remise à niveau en orthographe a évalué 5.000 collégiens, lycéens et étudiants, ayant recours à son programme d'entraînement en ligne. Entre avril et novembre, ils ont été interrogés sur leur maîtrise de 84 règles grammaticales et lexicales, et surprise, ceux qui publient en ligne régulièrement sont loin d'être les plus nuls en accords de participe passé, rapporte Le Parisien ce mercredi.

Lire aussi

A consommer avec modération

En effet, selon ce baromètre, les jeunes qui passent entre 15 et 60 minutes chaque jour sur les réseaux sociaux ont obtenu de meilleurs résultats (57,8 % des règles sont assimilées) que ceux qui y consacrent moins de deux heures par semaine (56,8 %). "C'est l'une des grandes surprises de cette étude. Les réseaux sociaux ne sont pas les ennemis de l'orthographe", résume auprès du Parisien le linguiste Julien Soulié. 

Toutefois, ce dernier émet une mise en garde : "Il faut les consommer avec modération". Car cette enquête montre par ailleurs que ceux qui abusent des réseaux sociaux, à raison d'1 à 3 heures par jour, ont en revanche de moins bons scores (56,2%). "Quand on consomme trop, la quantité entre en collision avec la qualité", décrypte, de son côté Pascal Hostachy, responsable du Projet Voltaire.

Éviter d'être trop populaire

Autre enseignement de cette étude : l'orthographe des jeunes varie en fonction du réseau social utilisé. Ainsi, les utilisateurs de Twitter font moins de fautes que ceux qui privilégient Facebook (58,3% des règles maîtrisées contre 55,1%).  "Un tweet peut, certes, être supprimé mais pas modifié, ses auteurs sont donc peut-être plus précautionneux, plus attentifs à leur orthographe et leur expression, commente Pascal Hostachy. Alors que sur Facebook, la communauté, souvent composée de proches, sera peut-être moins intransigeante sur l'orthographe des posts".   

Dernière règle à suivre, si on veut rester un champion de l'orthographe, il ne faut pas devenir trop populaire : l'enquête révèle que les jeunes qui ont plus de 500 "amis" maîtrisent 54,8% des règles d'orthographe, contre 57% pour ceux qui comptent moins de 300 "followers" !

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter